VIDEO. K-pop: «Le succès de BTS fait partie d’un mouvement plus profond autour de la culture coréenne»

INTERVIEW La K-pop et plus généralement la culture coréenne ne sont plus une culture de niche, explique Jane Carda, rédactrice en chef du «Kpop Life Magazine»...

Propos recueillis par Vincent Julé

— 

Le boys band BTS le 27 mai 2018 (illustration)
Le boys band BTS le 27 mai 2018 (illustration) — Yonhap News/NEWSCOM/SIPA

Une première ! Le groupe de K-pop BTS s’est classé premier des ventes d’albums aux Etats-Unis, le fameux Billboard 200, avec son troisième disque Love Yourself : Tear, devant les stars anglosaxonnes du moment Arctic Monkey, Cardi B, Pink ou Charlie Puth.

Il faut dire que BTS, c’est le boysband coréen le plus visionné sur YouTube, l’une des 25 personnalités les plus influentes selon Time, le record de précommandes en Corée du Sud pour Love Yourself : Tear, et de multiples récompenses lors de cérémonies musicales en Asie. Et pourtant, vous n’en aviez jamais entendu parler ? Jane Carda, rédactrice en chef du Kpop Life Magazine, dit tout à 20 Minutes.

BTS, kézako ?

Dans la K-pop, des dizaines de groupes sont lancés tous les mois. BTS est arrivé en 2013, il y a donc déjà cinq ans. Et ils ont bien marché, mais comme tant d’autres. Rien ne les prédestinait forcément à un tel destin, ils étaient chez un petit label, Bit Hit Entertainment. Mais on les a vus sortir du lot et devenir numéro 1 en Corée.

Comment expliquer leur succès américain ?

Le marché de la K-pop est très diversifié, rien que les boysbands, avec les flower boys, plus colorés, plus fleur bleue, d’un côté, et les bad boys de l’autre, à l’instar de BTS. Ces derniers sont beaux garçons, bons danseurs, et peuvent compter sur une équipe exceptionnelle, avec des chorégraphies inédites ou des refrains en anglais. Et si la J-pop, la pop japonaise, pouvait paraître réservée à une génération fan de japanime, la K-pop s’adresse aussi aux amateurs de rap, de hip-hop. Le public adolescent est séduit comme il a été séduit par les One Direction. Leur performance aux American Music Awards en 2017 avait fait beaucoup de bruit [première recherche sur Google et record de retweets].

Et en France ?

Leur succès s’étendait déjà hors de leurs frontières. Ils sont très connus en France, premiers des ventes de CD de K-pop, et le groupe le plus demandé en Une par les lecteurs de Kpop Life Magazine. Ils font partie d’un mouvement plus profond autour de la culture coréenne en France, avec également le succès des K-drama, l’intérêt des universités, des conventions comme le Korea Day, dont nous nous occupons aussi. Il ne s’agit plus d’une culture de niche.

>> A lire aussi : «BTS»: Le premier boysband coréen à se placer en tête des ventes aux US

>> A lire aussi : VIDEO. Les groupies frénétiques de K-pop sont des agents secrets au service de la Corée du Sud