«C'est effrayant ce qu'il se passe à la ZAD», confie le scénariste nantais de BD Wilfrid Lupano

BD Wilfrid Lupano, célèbre scénariste de la série de BD « Les Vieux Fourneaux », revient sur le Tome 4 où il développe l'histoire d'une ZAD...

Quentin Burban

— 

La première page de couverture et une page du Tome 4 « La Magicienne » des Vieux Fourneaux de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet.
La première page de couverture et une page du Tome 4 « La Magicienne » des Vieux Fourneaux de Wilfrid Lupano et Paul Cauuet. — Quentin Burban / 20 Minutes
  • Wilfrid Lupano est un scénariste de BD de 46 ans.
  • Dans le Tome 4 intitulé « La Magicienne », les personnages principaux reviennent dans leur village d'origine qui est occupé par une zadiste alors qu'une grosse entreprise devait s'y élargir.
  • La série « Les Vieux Fourneaux » vient d'être adapté au cinéma et sortira le 22 août.

En novembre dernier, Wilfrid Lupano, bédéaste nantais vivant à Pau, sortait avec Paul Cauuet, dessinateur, La Magicienne, quatrième tome de la série à succès Les Vieux Fourneaux. Ce nouvel album conte une histoire semblable au contexte autour de  Notre-Dame-des-Landes. Le scénariste de BD est revenu pour 20 Minutes sur son écriture et a livré son avis sur le climat actuel de la ZAD.

Pouvez-vous rappeler le scénario du quatrième tome de votre bande dessinée ?

Dans ce village, il y a une usine qui est présente depuis 50 ans et qui veut s’étendre. Son projet d’extension est vieux de trente ans et s’est réactivé au moment de la bande dessinée. Cela suscite donc de vives réactions. Le projet de construction est illégal dans la bédé puisque sur le lieu de ladite extension, il y a la présence d’un insecte (la magicienne dentelée) qui entre dans la direction européenne Natura 2000 qui vise à protéger certaines espèces. De ce fait, le projet ne peut pas se faire car dès lors qu’il y a une espèce reconnue par Natura 2 000 sur un territoire, on ne peut pas l’abîmer. C’est la loi qui le dit.

C’est une histoire similaire à la ZAD de Notre-Dame-des-Landes…

Un peu. Sauf que l’histoire n’est pas de construire mais d’agrandir une entreprise déjà existante et qui va empiéter sur une forêt et une zone agricole. Il y a effectivement un lien de ressemblance avec la zone à défendre en Loire-Atlantique, puisqu’il y a le projet d’aéroport qui s’est éternisé et une zone humide avec la présence d’une espèce protégée par Natura 2000 : le triton crêté. Ce n’est pas inspirée complètement de cette ZAD. Ce sont des sujets qui regroupent de nombreuses thématiques.

Pourquoi s’être penché sur ce sujet précisément ?

Pour ce tome, je me suis intéressé à ce phénomène global de société qui est inhérent au système capitaliste. L’économie libérale a du mal avec le concept de développement économique respectueux de l’environnement. Certains ont tendance à renvoyer les défenseurs de la nature à des obscurantistes, or non. Ce que je montre dans cet album, c’est qu’une ZAD naît quand la loi n’est pas respectée, et qu’elle permet de gagner du temps dans le combat légal. Je pense qu’il faut laisser le recours légal arriver à son terme.

Vous êtes-vous rendu sur place pour prendre conscience du contexte autour de cette ZAD ?

Il faut bien rappeler une chose : la bande dessinée est sortie avant que le projet d’aéroport ne soit abandonné puisque La Magicienne est sortie en novembre dernier mais je l’ai écrite bien avant. Je me suis énormément documenté sur le sujet. Je n’ai pas eu le temps de me rendre sur les lieux puisque j’habite à Pau, ville qui est très loin de ces zones. Malgré tout, par le passé, il y a eu de nombreuses « protoZAD » dans ma région, avec notamment le tunnel du Somport ou le projet avorté de la Ligne à Grande Vitesse au Pays Basque. Ce n’est qu’après la sortie de l’album que je me suis rendu à Notre-Dame-des-Landes. Les zadistes m’y ont invité pour présenter mes livres à la bibliothèque associative du Taslu présente sur le site. Depuis, j’y retourne souvent.

Vous êtes donc au courant de ce qu’il s’y passe actuellement.

Oui, je suis l’actualité de la ZAD quotidiennement, grâce aux infos et à mes amis sur place. Comme beaucoup, j’ai été atterré de voir le jeune Maxime mutilé par une grenade que, je crois, seule la France utilise encore en Europe. C’est juste effrayant, ça rappelle la mort de Rémi Fraisse à Sivens. La proportion et la brutalité de l’opération de forces de l’ordre, avec autant de véhicules et d’hommes pour détruire quelques cabanes, me laisse perplexe quand au sens qu’est donné au mot casseur autour de Notre-Dame-des-Landes.

 

Quatrième tome « La Magicienne » de la série Les Vieux Fourneaux, en vente.

Adaptation au cinéma des Vieux Fourneaux par Christophe Duthuron avec Pierre Richard. Sortie le 22 août 2018.