Blanche Gardin: La douceur grinçante nommée aux Molières

REVELATION Nommée aux Molières dans la catégorie Humour, Blanche Gardin est actuellement en tournée avec le spectacle «Bonne nuit Blanche»...

Stacie Arena

— 

Blanche Gardin
Blanche Gardin — @Facebook

Sera-t-elle la première femme à remporter, ce lundi, le Molière de l’humour ? La 30e cérémonie des Molières sera diffusée sur France 2, et Blanche Gardin y défendra son one woman show Je parle toute seule, mis en scène par Maïa Sandoz, dans la catégorie Humour et cela aux côtés de quatre confrères masculins : Jérôme Commandeur, Jamel Debbouze, Fabrice Eboué et Manu Payet.

Noyées dans la masse des humoristes masculins, les artistes féminines qui sont parvenues à réunir les foules autour d’une bonne vanne se comptent malheureusement sur les doigts d’une main. Blanche Gardin a su défier les statistiques et imposer son style, mais cela a tout de même pris plus de dix ans.

Pour Florent Bodin, réalisateur du  documentaire Get up ! Stand up ! diffusé sur Canal +, qui revient sur l’émergence du stand up en France à travers une dizaine d’humoristes francophones, Blanche Gardin a un fort impact : « L’art du stand up c’est être soi sur scène tout en étant la caricature de soi-même et je pense que Blanche Gardin en devenant humoriste a trouvé la Blanche qui lui correspondait le mieux ». Le réalisateur note que le public s’est attaché à cette humoriste grâce à sa finesse d’esprit : « Blanche Gardin a apporté beaucoup d’intelligence dans une discipline qui avait longtemps résumé le stand up à quelque chose de communautaire ou des vannes de quartier. Même si cet humour a fait du bien en France, il avait besoin d’un second souffle, et Blanche s’inscrit directement dans ce nouveau souffle»

Blanche Gardin ou l’anti-héros du stand-up

On aurait adoré pouvoir discuter de tout ça avec la principale intéressée mais Blanche Gardin est actuellement en tournée avec son nouveau spectacle. Du coup, on se rabat sur ses proches ! Roman Frayssinet, humoriste et chroniqueur sur Clique, l’a accompagnée en première partie pendant plusieurs mois avant d’arriver sur Canal +. Il nous dépeint une femme authentique et boulimique de travail qui selon lui n’a pas d’égale sur la scène du stand-up français : « Pour moi, Blanche c’est tout simplement le meilleur stand-uper tous sexes confondus en France. Elle incarne ce qu’il y a de mieux dans l’humour français actuel, je ne connais personne de plus authentique que Blanche» Et lorsque l’on évoque cette tendance qui place Blanche Gardin comme un symbole féministe, la réponse est claire : « Blanche c’est une artiste, point, peu importe si c’est une femme ou non, pourquoi faire d’elle une ambassadrice ? ».

Lors de la dernière cérémonie des Césars, Blanche Gardin a fait rire jaune l’assemblée avec une vanne particulièrement dévalée sur le harcèlement dans le milieu du cinéma, en plein scandale Weinstein… Dotée d’un humour noir à vexer les morts, l’humoriste de quarante et un an déclarait dans une interview il y a trois ans : « Je n’ai pas de problème à être quelqu’un d’autre, j’ai plus de problèmes à être moi. » Elle semble aujourd’hui se connaître davantage. Le stand-up en guise de thérapie a allégé les épaules de cette « môme de la cloche », comme dirait Piaf. Les mots sont choisis avec précision, le langage est à peine soutenu et pourtant, Blanche a ce mystère dans les mots qui rend le tout poétique, presque tragique. Les spectateurs sortent déboussolés, entre le rire et la nostalgie. On ne rit pas jaune mais on rirait presque pour ne pas pleurer.

On espère donc vivement que Blanche Gardin remportera ce prix de l’humour pour son talent (et non pas parce que c’est une femme !). Un prix qui pourrait faire office de consécration pour cette humoriste née, et mettra à l’honneur ce ton désinvolte, ce détachement dans le regard et le corps qui vous laisse la lourde tâche d’être mal à l’aise pour elle. Go Blanche !