Bruxelles, Elysée et VivaTech… La folle semaine de Mark Zuckerberg en Europe

DONNEES PERSONNELLES Mark Zuckerberg entame sa tournée européenne par une audition sur les lacunes de son réseau social devant le Parlement européen à Bruxelles ce mardi après-midi...

L.B.

— 

Mark Zuckerberg le 10 aveil 2018 à Washington.
Mark Zuckerberg le 10 aveil 2018 à Washington. — Alex Brandon/AP/SIPA
  • Mark Zuckerberg répondra aux questions des eurodéputés à Bruxelles ce mardi.
  • L'audition sera retransmise en direct sur Internet. 
  • Il enchaînera avec une réunion baptisée «Tech for Good» à l'Elysée avec une cinquantaine de dirigeants de grandes entreprises du numérique, également attendus à VivaTech le lendemain.

Mark Zuckerberg n’en a pas terminé avec le scandale Cambridge analytica. Vous savez, il y a deux mois, cette société a été accusée d’avoir récupéré les données de 87 millions d'utilisateurs du réseau social sans leur consentement en 2014 pour influencer la campagne présidentielle américaine en faveur de  Donald Trump. Après s’être excusé début avril auprès du Sénat américain pour les erreurs commises sur la protection des données et la manipulation politique, le patron de Facebook débarque en Europe pour s’expliquer sur les lacunes de son réseau social devant le Parlement européen à Bruxelles ce mardi après-midi.

Entre une audition qui s’annonce musclée devant les eurodéputés, une réunion à l’Elysée le lendemain avec Emmanuel Macron et une prise de parole jeudi à Viva Technology, c’est l’heure de la rédemption technologique pour Mark Zuckerberg. Retour sur une semaine ultra-chargée pour un génie de l’informatique empêtré dans un scandale à rallonge.

Une audition live avec les eurodéputés

Après des coups de pression de plusieurs eurodéputés, l’audition au Parlement européen -qui devait à l’origine se dérouler en huis clos- sera finalement retransmise en direct sur Internet. Sommé depuis un mois de venir à Bruxelles s’expliquer sur le scandale Cambridge analytica provoqué par l’utilisation illégale de données personnelles de millions d’utilisateurs, il a fini par accepter. Il répondra aux questions des eurodéputés à partir de 18h15 [heure française].

« J’ai discuté avec M. Zuckerberg de la possibilité d’une retransmission en direct sur Internet de cette rencontre. Je suis heureux d’annoncer qu’il a accepté cette nouvelle demande », a annoncé le président du Parlement européen, Antonio Tajani, sur son compte Twitter.

Quelques jours plus tôt, Facebook avait précisé que cette réunion serait l’occasion de « dialoguer, écouter les points de vue (des eurodéputés) et de montrer les mesures » prises par le géant d’Internet « pour mieux protéger la vie privée des gens ». Cette audition est d’autant plus symbolique qu’elle a lieu trois jours avant l’entrée en vigueur du règlement européen sur la protection des données (RGPD).

Une invitation chez Emmanuel Macron

Dans la foulée, Mark Zuckerberg prendra la direction de l’Elysée mercredi pour retrouver Emmanuel Macron et une cinquantaine de dirigeants de grandes entreprises du numérique, investisseurs et intellectuels. Seront notamment présents les patrons de Microsoft (Satya Nadella), d’IBM (Virginia Rometty), d’Uber (Dara Khosrowshahi). Cette réunion baptisée « Tech for Good » [la technologie pour le bien commun] est organisée en pleine montée des critiques contre les géants du Web sur le pillage des données, les fakes news et l'évasion fiscale. Elle devrait déboucher sur des annonces d’investissements en France ainsi que des recommandations au gouvernement.

Pour le patron de Facebook, ce saut dans la capitale française sera également l’occasion fêter les trois ans du laboratoire parisien dédié à l'intelligence artificielle. « Lors de sa visite, il se joindra aux équipes de Facebook pour célébrer les 3 ans de Facebook AI Research Paris », a indiqué un communiqué du réseau social.

Invité vedette à VivaTech

Un bon échauffement avant de se frotter au public à Viva Technology, dit « VivaTech », jeudi à Porte de Versailles où Mark Zuckerberg interviendra aux côtés de Maurice Lévy, président du Conseil de Surveillance de Publicis Groupe et co fondateur du salon. Ils discuteront de la technologie mise au service du bien commun -un peu comme la veille avec le président de la République-, ainsi que les dernières innovations du géant américain.

Le Salon, qui réunit plus de 8.000 start-up, a un line-up particulièrement haut de gamme cette année.