VIDEO.Toulouse : Quand l’expo «Tintin et ses Avions» débarque, la fiction rejoint la réalité

EVENEMENT La plupart des avions empruntés par Tintin s’inspirent d’authentiques appareils comme le montre l’exposition inédite qui s’ouvre au musée Aeroscopia de Blagnac, près de Toulouse…

Helene Menal

— 

L'affiche de l'exposition Tintin et ses Avions, visible  à partir de 22 mai 2018 au Musée Aeroscopia de Blagnac.
L'affiche de l'exposition Tintin et ses Avions, visible à partir de 22 mai 2018 au Musée Aeroscopia de Blagnac. — Herge-Moulinsart 2018
  • Tintin a emprunté ou piloté une cinquantaine d’avions au fil de ces aventures.
  • A quelques exceptions près, Hergé s’inspirait de vrais appareils.
  • La fiction rejoint la réalité dans l’exposition « Tintin et ses Avions », visible jusqu’au 10 janvier 2019 au musée Aeroscopia de Blagnac.
Les Dupondt

Du Polikarpov russe de ses débuts au Boeing 707 de Vol 714 pour Sydney, comme pilote ou passager - consentant ou pas - Tintin est monté à bord d’une cinquantaine d’avions au cours de ses aventures. Et seuls les tintinophiles purs et durs ou les mordus d’aéronautique savent que Hergé avait en la matière un réel souci du détail. Il s’inspirait la plupart du temps d’appareils existants. L’auteur demandait à ses collaborateurs de se documenter pour ne pas commettre d’impair et faisait même évoluer les modèles au fil des rééditions.

La preuve, avec l’exposition Tintin et ses Avions qui s’ouvre ce mardi 22 mai, date anniversaire de la naissance du Belge, dans un lieu on ne peut plus approprié : le musée  Aeroscopia de Blagnac, aux portes de Toulouse.

Plusieurs escales dans Aeroscopia

Truffée de planches originales, cette exposition conçue « en immersion » avec le Musée Hergé ne se contente pas de documenter les nombreux hydravions jaunes qui ont accueilli le célèbre reporter sur des panneaux, elle survole le musée de l’aéronautique, disséminant les informations, y compris à l’extérieur du bâtiment.

Au fil de ce jeu de piste, qui peut commencer à domicile comme un quiz familial, les visiteurs découvriront que c’est par exemple un Avro 631 Cadet qui initie les Dupondt aux loopings dans L’Ile Noire ou que l’avion de ligne de la Syldair dans lequel Tintin et Haddock rejoignent le professeur Tournesol dans Objectif Lune est un Douglas DC-6.

Les spécialistes ne recensent que peu d’engins sortis tout droit de l’imagination d’Hergé : la célèbre fusée rouge et blanche par exemple, ou le Carreidas 160 du milliardaire du même nom. Certains fans prétendent que ce jet de BD aurait inspiré le constructeur Dassault.