VIDEO. Eurovision 2018: Le rideau s'est levé à Lisbonne pour une finale à suspense

CONCOURS Le marathon audiovisuel de trois heures et demie a débuté à 21 heures pour offrir un pot-pourri de genres musicaux assortis de costumes extravagants et de mises en scène provocantes...

20 Minutes avec AFP

— 

Le duo Madame Monsieur (Jean-Karl Lukas et Emilie Satt) à la finale de Destination Eurovision 2018.
Le duo Madame Monsieur (Jean-Karl Lukas et Emilie Satt) à la finale de Destination Eurovision 2018. — GILLES SCARELLA FTV

Une immense robe devenue toile de projection vidéo, un piano en flammes ou une danse de poule sur fond de musique vitaminée : les candidats de 26 pays vont employer toute leur créativité pour remporter le 63e concours de chanson de l'Eurovision samedi soir à Lisbonne.

A l’intérieur de l’Altice Arena, la plus grande salle de spectacle du Portugal​, une foule de 11.000 enthousiastes arborant drapeaux ou vêtements aux couleurs de leurs pays respectifs a pris place dans une ambiance festive. « Cette année, il y a un vrai suspense, avec beaucoup de possibles vainqueurs », a commenté Blair Thorpe, un Britannique de 43 ans.

>> A lire aussi : Eurovision: Chypre, France, Israël... On fait le point sur les favoris

>> A lire aussi : TEST. Quel hater de l'Eurovision êtes-vous?

Les mouvements de gallinacé d’une déconcertante israélienne

Egalement suivi par des dizaines de millions de téléspectateurs, ce marathon audiovisuel de trois heures et demie a débuté à 21 heures pour offrir, comme chaque année, un pot-pourri de genres musicaux assortis de costumes extravagants et de mises en scène provocantes.

Il y aura la robe géante de la soprano estonienne et les mouvements de gallinacé d’une déconcertante israélienne voulant incarner l’esprit #MeToo, mais aussi le piano en flammes du rockeur ukrainien et un viking pacifiste venu du Danemark faire entendre sa puissante voix.

Dans un registre plus intimiste, mais également osé, la danse romantique entre deux hommes qui accompagne la ballade de l’Irlandais Ryan O’Shaughnessy lui a valu d’être censurée en Chine au cours de la retransmission de la première demi-finale.

Au-delà des polémiques entourant régulièrement cet événement, qui attire chaque année une audience de près de 200 millions de téléspectateurs, la course à la succession du chanteur portugais Salvador Sobral, vainqueur l’an dernier à Kiev avec une ballade jazzy, s’annonçait serrée.

La représentante de Chypre pourrait être sacrée avec sa chanson Fuego

D’après les pronostics des preneurs de paris, la représentante de Chypre, la chanteuse grecque d’origine albanaise Eleni Foureira, pourrait être sacrée avec sa chanson Fuego, un morceau de pop sensuel au refrain accrocheur qui lui vaut d’être comparée à Shakira ou Beyoncé.

Favorite des bookmakers pendant des semaines, la chanteuse israélienne Netta Barzilai, qui assume ses rondeurs avec fierté, surgissait toujours en deuxième position. Sa chanson Toy se veut un appel à l’émancipation féminine et contre toute forme de harcèlement, enrobé par une musique de danse au rythme saccadé.

« Ce serait déjà bien qu’on termine dans le top 3 »

En second plan de ce duel de divas tout en contraste, le duo français Madame Monsieur avait également la cote avec Mercy, une composition de pop mélodieuse qui raconte le périple d’une enfant née sur un bateau de migrants. « Ce serait déjà bien qu’on termine dans le top 3, car cette année il y a beaucoup de bonnes chansons », a toutefois confié Marine, une enseignante française de 30 ans arrivée de Toulouse (sud), portant sur la tête une couronne de fleurs bleu-blanc-rouge.

>> A lire aussi : Eurovision 2018: Notre guide pour ne rien rater de cette finale flamboyante

>> A lire aussi : VIDEO. Eurovision: Voici à quoi ressemblera la prestation de la France en finale

Le vainqueur sera désigné par les votes d’un jury professionnel et des téléspectateurs des 43 pays participants, qui pèseront chacun pour la moitié du score final combiné.