VIDEO. Racisme, armes à feu... L'artiste Childish Gambino dénonce la violence des Etats-Unis dans une vidéo choc

MUSIQUE Le clip, nommé « This is America » (« Voici l’Amérique »), a rassemblé 35 millions de vues en trois jours sur Internet…

20 Minutes avec AFP

— 

Childish Gambino dénonce la violence aux Etats-Unis dans le clip «This is America».
Childish Gambino dénonce la violence aux Etats-Unis dans le clip «This is America». — Capture d'écran YouTube

Un clip choc. Les armes, les voitures, la consommation, le racisme, la violence urbaine : une vidéo de 4 minutes de l’artiste Childish Gambino, condensant sa vision de l'Amérique, a rassemblé 35 millions de vues en trois jours sur internet. Le clip, nommé This is America (« Voici l’Amérique »), a été tourné dans un hangar géant, sous la direction de Hiro Murai.

Il alterne des scènes festives, autour de lycéens qui dansent, et des accès de violence évoquant l’actualité typique des Etats-Unis.

Références multiples et messages plus ou moins explicites

Agé de 34 ans, de son vrai nom Donald Glover, Childish Gambino confirme, en évoluant torse nu, la palette de ses talents : acteur, scénariste, réalisateur, producteur, humoriste, il est également rappeur, DJ, chanteur et musicien.

This is America, avec des paroles difficiles à interpréter et des références multiples, semble truffé de messages plus ou moins explicites.

Des militants y voient une dénonciation magistrale des violences des armes à feu, d’autres une critique du système pénal américain et des abus policiers, d’autres une satire de l’hyper consommation de la société américaine ou encore la marchandisation de la cause des Noirs.

La vidéo a en tout cas déclenché des débats passionnés sur les réseaux sociaux. Les armes à feu y semblent mieux traitées que les vies humaines, ont noté des internautes, qui relèvent aussi le contraste entre le rythme entraînant du rappeur et les images de chaos en arrière-plan.

La séquence se termine sur un Gambino traqué, aux yeux exorbités, pourchassé par la foule. Une fin qui ouvre là aussi tout un champ d’interprétations.