Eurovision: Petit retard, stress et énervement... Les coulisses de la deuxième répétition

MUSIQUE Après une première répétition prometteuse vendredi sur la scène de l'Eurovision à Lisbonne, Madame Monsieur a de nouveau répété ce dimanche. Hélas, la production du show n'a pas tenu compte de tous les changements demandés...

Fabien Randanne

— 

Le duo Madame Monsieur, Jean-Karl Lucas et Emilie Satt, lors de leur deuxième répétition sur la scène de l'Eurovision à Lisbonne, le 6 mai 2018.
Le duo Madame Monsieur, Jean-Karl Lucas et Emilie Satt, lors de leur deuxième répétition sur la scène de l'Eurovision à Lisbonne, le 6 mai 2018. — Andres Putting

De notre envoyé spécial à Lisbonne (Portugal)

Ce dimanche, le duo Madame Monsieur - Emilie Satt et Jean-Karl Lucas - effectuait sa deuxième répétition sur la scène de l’ Eurovision. 20 Minutes était à leurs côtés…

10h40 : Drapeaux et éventails tricolores en main, la délégation française quitte son hôtel, à deux pas de l’Altice Arena qui accueille l’Eurovision. Emilie et Jean-Karl, vêtus entièrement en rouge, ne passent pas inaperçus. Des fans les arrêtent en chemin pour des selfies. Le petit groupe a déjà pris un peu de retard sur leur agenda archi-chronométré.


11h : Emilie et Jean-Karl arrivent à la salle. Surprise : ils sont accueillis par Will Ferrel. L’acteur américain, qui arbore un T-Shirt noir « Je suis Charlie », s’apprête à passer la journée dans les coulisses pour découvrir le concours, qu’il suit depuis vingt ans, de l’intérieur. Que pense-t-il de la chanson de la France ? Pour le moment rien : il n’a encore entendu aucun des morceaux en lice.

11h25 : Madame Monsieur sort des loges après avoir revêtu ses tenues noires conçues par Gaultier. Une autre tenue, beige, avait aussi été envisagée, mais les Français n’ont pas souhaité répéter avec ce dimanche. Le chorégraphe Kevin Vivès est confiant pour cette deuxième répétition après celle de vendredi soir : « Samedi matin, on a tout retravaillé avec Edoardo Grassi [le chef de la délégation française]. On a rehaussé les lumières, modifiés plusieurs plans de caméras et des déplacements des deux artistes. En temps normal, quand on travaille sur un show ou une émission, on bosse directement avec les équipes de production et les ingénieurs. A l’Eurovision, on doit transmettre nos demandes et consignes par écrit à un intermédiaire. Donc j’espère que les équipes techniques respecteront notre brief. »


11h40 : Ultimes vocalises, derniers conseils du scénographe. Emilie et Jean-Karl patient avec leurs deux choristes en coulisses en attendant que leur concurrent allemand en ait terminé de sa répétition. « Les minutes nous paraissent longues, mais nous sommes sereins. Les gens ici sont très cool et bienveillants, ils ne nous rajoutent pas de pression », confie la chanteuse.

11h55 : Madame Monsieur fait son entrée sur scène. Le reste de la délégation va prendre place sur des canapés face à la scène pour suivre la répétition avec un retour écran.

12h : C’est parti pour le premier passage. Une fois que la dernière note de Mercy, la chanson de Madame Monsieur a résonné dans la salle, Edoardo Grassi et Kevin Vivès font remonter leurs remarques à l’équipe technique venue à leur rencontre : ils trouvent que le premier plan manque d’intensité, soulignent qu’un mouvement de steadycam ne va pas dans le bon sens… La prestation est disséquée plan par plan pour que des modifications soient apportées dès le passage suivant.
Deuxième tentative : sur le retour écran, on note quelques changements. « C’est bien ça ! », se réjouit le chef de délégation française sur le plan resserré montrant Emilie effectuer la traversée de la passerelle qui la mène vers une deuxième scène, dans la fosse. Troisième passage, cette fois-ci avec un tapis de fumée recouvrant la scène.


12h28 : Emilie et Jean-Karl rejoignent le reste de la délégation au pied de la scène pour regagner les coulisses. Edoardo Grassi et Kevin Vivès discutent en marchant. Le premier ne cache pas son agacement : « Ce plan-là, je le trouve moche, pas assez léché. On change de plan, mais ça n’apporte pas grand-chose. Je n’aime pas quand un plan ne raconte rien… »

12h30 : Arrivée dans la viewing room, la salle de visionnage. Une sorte de mini-salle de projection improvisée avec grand écran et canapés. Le troisième passage de Madame Monsieur est diffusé. Lumière, fumée, plans… à chaque fois que quelque chose ne fonctionne pas, Kevin Vivès et Edoardo Grassi demandent des arrêts sur images. Emilie et Jean-Karl aussi font part de leurs remarques. Tel mouvement de caméra doit être plus dynamique, le visage d’Emilie davantage éclairé, un fondu-enchaîné abandonné… Le chef de délégation insiste parfois sur des détails. La seule chose sur laquelle il n’y a rien à dire, c’est le son. Avant de partir, la délégation doit choisir les dix secondes de la prestation de Madame Monsieur qui seront diffusées lors de la finale.

12h40 : Kevin Vivès est déçu : « On a passé du temps à faire tout un dossier avec les plans de caméras souhaités. Là, au premier passage, la caméra part du côté inverse à ce que l’on a demandé, c’est à se demander si les équipes ont jeté un œil à ce qu’on a listé. »
Edoardo Grassi, lui, est très énervé : « C’est la première fois que je suis moins satisfait d’une deuxième répétition que d’une première. Je reste confiant, parce que je vais prendre du temps pour demander directement des modifications, sans intermédiaire, comme je l’avais fait il y a deux ans. On a une autre répétition mercredi après-midi et j’espère que tout ce que j’aurais dit sera pris en compte. »

13h10 : En conférence de presse, Edoardo Grassi avance que cette deuxième répétition n’a pas été « à la hauteur de [ses] attentes ». Emilie Satt et Jean Karl, eux, se montrent confiants et déterminés à défendre leur chanson. L’animateur de la conférence, lui, rappelle que les Français sont parmi les favoris et demande si la France est prête à accueillir le concours l’an prochain. Avant de poser sa question, un journaliste australien affirme que Mercy est la meilleure chanson française de l’Eurovision de ces dix dernières années. « C’est très bizarre, la majorité des retours de l’extérieur sur cette répétition sont positifs », note Kevin.

13h30 : Madame Monsieur doit tirer au sort pour savoir s’il chantera durant la première ou la deuxième moitié de la finale. Emilie déplie le petit morceau de papier : « First half ». Première moitié. Il est de coutume de dire qu’il est plus favorable de chanter durant la seconde. Cela a davantage à voir avec la superstition : Salvador Sobral, le gagnant de l’an passé, était dans la première partie.