Il n’y aura pas de prix Nobel de littérature 2018 à cause d’un scandale sexuel au sein de l’Académie suédoise

SCANDALE L’époux d’une des membres de l’Académie des Nobel est accusé de viols et agressions sexuelles…

B.Ch.

— 

Manifestation devant l'Académie suédoise des Nobel à Stockholm le 19 avril 2018 en soutien à Sara Danius
Manifestation devant l'Académie suédoise des Nobel à Stockholm le 19 avril 2018 en soutien à Sara Danius — Fredrik Persson/AP/SIPA

Ce n’était plus arrivé depuis 1943. Il n’y aura pas de prix Nobel de littérature cette année.  L’Académie suédoise en a fait l’annonce vendredi. Le prix Nobel de littérature 2018 est reporté à 2019, année où deux lauréats seront donc désignés.

Accusations de viols

Ce report historique est la conséquence d’un scandale sexuel impliquant l’époux français d’une des membres de l’Académie. Les révélations d’accusations de viols et agressions, qui auraient été connues et cachées par une partie de la direction de l’Académie, ont suscité l’émoi en Suède depuis plusieurs mois.

En novembre 2017, le quotidien suédois Dagens Nyheter publiait les témoignages de dix-huit femmes. Toutes accusaient le mari, d’origine française, de l’académicienne Katarina Frostenson de les avoir sexuellement harcelées. Si le parquet de Stockholm a, par la suite, classé une partie de l’affaire, l’Académie avait rompu tout lien avec l’individu mis en cause.

Sept sièges vacants

Les sages avaient en outre ouvert une enquête interne et fait appel à un cabinet d’avocats. Mais l’affaire n’en finit pas de faire des remous : l’institution suédoise a désigné ce jeudi la porte de sortie à sa secrétaire perpétuelle, Sara Danius, après la démission la semaine précédente de trois autres membres de l’Académie. Une manifestation avait eu lieu le 19 avril à Stockholm devant le siège de l’Académie en soutien à Sara Danius.

Les académiciens sont membres perpétuels et ne peuvent en principe pas démissionner. Ils peuvent simplement laisser leurs fauteuils vacants. Sur les dix-huit sages, sept ne sont plus actifs aujourd’hui. Selon la journaliste Lisa Irenius, « il est aujourd’hui difficile d’avoir beaucoup d’espoir pour l’Académie ».