VIDEO. «La 3e population»: la nouvelle BD de Ducoudray et Pourquié vous invite dans les coulisses d'une clinique psychiatrique

BD Découvrez les premières planches de la bande dessinée qui raconte l'immersion d'Aurélien Ducoudray et Jeff Pourquié au sein d'une structure d'accueil pour « personnes atteintes de troubles psychiques »…

Olivier Mimran

— 

Extrait de l'album La 3e population
Extrait de l'album La 3e population — © A. DUCOUDRAY, J. POURQUIÉ & ÉD. FUTUROPOLIS 2018
  • Le scénariste et le dessinateur  sont allés animer un atelier BD « thérapeutique » dans un établissement psychiatrique atypique.
  • Le duo d’auteurs raconte la difficulté des premiers contacts avec les résidents et le personnel.
  • Présentée sous forme de BD reportage, La troisième population est plutôt une « BD témoignage ».

« Dingos », « tarés », « fadas du village »… A travers les sobriquets réservés aux malades mentaux transparaît le trouble qu’inconsciemment ils inspirent. Trouble dont le scénariste Aurélien Ducoudray et le dessinateur Jeff Pourquié n’étaient pas affranchis lorsqu’ils sont allés animer un atelier BD « thérapeutique » dans un établissement psychiatrique atypique.

C’est cette expérience qu’ils relatent dans La troisième population, que les éditions Futuropolis présentent en exclusivité, aux lecteurs de 20 Minutes.


Qui est patient, qui est soignant ?

Découvrant la clinique de La Chesnaie, mondialement connue pour son audacieux modèle thérapeutique (malades et soignants partagent les activités quotidiennes dans un espace complètement ouvert), notre duo d’auteurs raconte la difficulté des premiers contacts avec résidents et personnels ; non que les uns ou les autres leur fassent mauvais accueil, mais parce qu’ils ne savent, au début, qui est qui et qui fait quoi ! C’est la particularité - encore que d’autres établissements s’en inspirent désormais - de La Chesnaie que de « mélanger », depuis son ouverture voilà près de 60 ans, les populations qui la fréquentent.

Mais si ça produit quelques anecdotes cocasses, ça souligne surtout le fait que la maladie mentale n’est, la plupart du temps, pas fatalement « visible » : l’agitation n’est pas la règle, et les malades avec lesquels interagissent Ducoudray et Pourquié n’expriment que rarement les troubles qui les habitent. D’ailleurs, lorsqu’ils le font, ils manifestent davantage d’angoisse qu’une quelconque agressivité.

Une parole jamais bridée

Les « bédéistes », comme ils sont appelés durant leur séjour, constatent aussi que la plupart des décisions à portée collective sont - plus ou moins - prises collégialement lors d’échanges parfois un peu surréalistes (on assiste, par exemple, à un groupe de parole au cours duquel des malades proposent des activités, réclament des objets communs, des soins, ou manifestent simplement une satisfaction, une déception etc).

L'humain avant l'institution

Présentée sous forme de BD reportage, La troisième population est plutôt une « BD témoignage » car ses auteurs, après avoir brièvement décrit le fonctionnement particulier de La Chesnaie, s’attachent plus aux rencontres qu’ils y ont faites. On sent ainsi qu’ils ont plus été touchés par l’humain que véritablement intéressés par l’institution… Et on peut le comprendre, tant certains patients se montrent attachants et les encadrants investis dans une mission qui dépasse le strict cadre professionnel.

« Cette bande dessinée nous fait rencontrer l’humanité », souligne d’ailleurs l’ancien député Denys Robiliard (rapporteur de la mission sur la santé mentale et l’avenir de la psychiatrie) dans l’exergue qu’il cosigne avec le docteur Jean-Louis Place, qui dirige la clinique psychiatrique La Chesnaie ; lequel précise que « cet ouvrage nous ouvre avec humour et sensibilité quelques fenêtres sur un établissement de psychothérapie institutionnelle ».

Ce qui est certain, c’est que la lecture de ce très chouette livre éclaire et, ce faisant, balaie ces préjugés si tenaces qu'ils altèrent trop souvent notre rapport à « l’autre ».

« La troisième population », d’Aurélien Ducoudray et Jeff Pourquié - éditions Futuropolis - 19 euros
En vente le 3 mai 2018

« On dirait qu’ça t’gêne d’marcher avec les fous »

C’est à l’initiative de l’association BDBoum, organisatrice du festival BD annuel du même nom à Blois, que Ducoudray et Pourquié ont débarqué à la clinique voisine de La Chesnaie. Il faut dire que le Loir-et-Cher est certainement le département le plus « avant-gardiste » en termes de soins psychiatriques puisque outre La Chesnaie y sont également implantées les non-moins fameuses cliniques de Saumery et La Borde.