VIDEO. Disparition: 813 dates en 8 ans, le rythme infernal de la carrière météorique d'Avicii, décédé à 28 ans

MUSIQUE Le DJ suédois est décédé vendredi à Oman, à l'âge de 28 ans...

Philippe Berry

— 

Le DJ suédois Avicii (Tim Bergling), aux côtés de Madonna lors du festival Ultra de Miami, le 24 mars 2012.
Le DJ suédois Avicii (Tim Bergling), aux côtés de Madonna lors du festival Ultra de Miami, le 24 mars 2012. — Tim Mosenfelder / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

C’était le 12 mai 2012. La pool party du club Marquee bat son plein à Las Vegas. Aux platines, le DJ Avicii, à peine 22 ans, drope son tube Levels. Un drapeau suédois flotte derrière lui. Le soleil cogne, les bouchons de Veuve Cliquot sautent et la Greygoose coule à flots. Tim Bergling, de son vrai nom, est sur le toit du monde. Le soleil couché, il doit remettre ça pour le set nocturne de sa résidence. Il va sans doute toucher 100.000 dollars pour la journée et rapporter dix fois plus au Cosmopolitan avec des tables qui s’arrachent entre 1.000 et 10.000 dollars.

>> A lire aussi : L'hommage de David Guetta et du monde de l'electro

Ce rythme infernal, il le tient pendant huit ans. En 2016, après 813 dates en huit ans – une tous les trois jours en moyenne – il prend sa retraite pour souffler. Trop tard, visiblement : vendredi, il a été retrouvé mort à Oman, où il était apparemment en vacances. Il n’avait que 28 ans. Si les causes de son décès ne sont pas connues, le jeune artiste suédois avait déjà payé les excès du stress et de l’alcool à deux reprises, avec des hospitalisations pour des pancréatites aiguës et une opération de la vésicule biliaire.

Des dizaines d’artistes lui ont rendu hommage sur Twitter. David Guetta, notamment, avec qui il avait collaboré pour le titre Sunshine : « Quelque chose de terrible s’est produit. Nous avons perdu un ami au grand cœur, et le monde a perdu un musicien au talent incroyable. Merci pour tes belles mélodies, les moments qu’on a partagés en studio et sur scène, ou juste à apprécier la vie »,

Artiste crossover

S’il perce dans l’electro avec Levels, Avicii grimpe au sommet du top 100 du Billboard avec son tube crossover Wake me up, qui flirte avec la country avec Mike Einziger d’Incubus à la guitare acoustique et la voix soul d’Aloe Blacc au chant. Rythmique 4x4 basique, air facile à fredonner, paroles simples et positives… Le tube de l’été 2013 dépasse le milliard de vues sur YouTube.

Avicii remet ça avec Hey Brother et collabore avec Madonna et surtout avec Coldplay pour l’hymne Sky full of Stars.

« Je n’arrive pas à manger »

« Les quatre premières années, j’adorais ça. C’était un rêve revenu réalité. L’énergie, les fans qui réclament un titre. On plane », dit-il dans le documentaire True Stories, produit par la BBC. Mais après le high vient le low, jusqu’au burn-out. « Je n’ai pas fermé l’oeil de la nuit. J’ai mal à l’estomac. Je n’arrive pas à manger », lâche-t-il en 2014. En 2016, c’est décidé, « Fuck it », il prend sa retraite scénique.

Avicii est revenu avec un EP en 2017 et préparait un nouvel album, n’excluant pas de se remettre aux platines, « mais pas tout de suite ». Il laisse à ses fans les conseils d’un père à son fils dans sa chanson The Nights : « One day you’ll leave this world behind / So live a life you will remember (Un jour tu quitteras ce monde, alors vis une vie dont tu te souviendras) ». Mission accomplie.