VIDEO. «Ni No Kuni 2»: Fidèle à l'esprit du premier jeu produit par le studio Ghibli

JEUX VIDEO Après un premier volet plébiscité par les joueurs du monde entier, « Ni No Kuni » revient dans un opus qui conserve le charme ineffable des anciennes productions Ghibli.

Jean-François Morisse

— 

Un jeu vidéo ponctué de très nombreuses séquences de pur dessin animé.
Un jeu vidéo ponctué de très nombreuses séquences de pur dessin animé. — Bandai Namco
  • « Ni No Kuni 2 » plonge le gameur dans un univers inspiré par l’œuvre de Miyazaki.
  • Ce jeu de rôle japonais (ou JRPG) est à la fois très accessible et varié.
  • Il promet des dizaines d’heures de jeu.

La France était, en 2013, tombée sous le charme du premier épisode de Ni No Kuni pour PlayStation 3. Le jeu s’était écoulé dans le monde à plus d’un million d’exemplaires et avait reçu un accueil  critique enthousiaste.

>> A lire aussi : Jeux vidéo: «Ni no Kuni 2», moins de Ghibli et plus d’action

Cela était en partie dû à la direction artistique, réalisée en collaboration avec le studio Ghibli, à qui l’on doit des dessins animés comme Mon Voisin Totoro, Princesse Mononoké ou encore Le Tombeau des Lucioles. Autant de films qui ont connu en France un réel succès. Ni No Kuni ressemblait ainsi beaucoup à un véritable dessin animé et sa suite ne déroge pas à la règle.

Les joueurs attendaient depuis ce nouveau volet pour PlayStation 4 et PC avec une réelle impatience même si Ghibli ne fait plus partie de l’aventure.

Malgré tout, l’inspiration est évidente et les Français, grands amateurs de manga et d’animation japonaise, tomberont sous le charme de ce Ni No Kuni 2 : Revenant Kingdom. Evan, le jeune roi de Carabas doit, suite à un coup d’État, partir en exil. Accompagné dans son périple par Roland, le président d’une nation venu d’une autre dimension (!), et d’autres acolytes, Evan devra reconstruire petit à petit son royaume.

Impossible de ne pas songer à certaines oeuvres de Miyazaki.
Impossible de ne pas songer à certaines oeuvres de Miyazaki. - Bandai Namco

Un sacré chantier qui occupera les joueurs une bonne trentaine d’heures quand le premier volet en proposait le double. Un soulagement pour certains joueurs…

Le jeu est en outre très accessible, trop selon certains qui ne le trouvent pas assez corsé. On accompagne effectivement Evan et sa bande sans jamais rencontrer de réelle difficulté alors que de nombreuses séquences de dessin animé déroulent l’histoire (en anglais sous-titrée) entre deux phases d’exploration et de combat. Des combats durant lesquels on dirige son personnage pour enchaîner classiquement coups d’épée, attaques à distance ou sortilèges.

Des combats en temps réel dans lequel on gère principalement un seul personnage.
Des combats en temps réel dans lequel on gère principalement un seul personnage. - Bandai Namco

Ces phases d’action sont très dynamiques et bien servies par un design vraiment « kawaï ».

Un jeu de rôle très riche

Mais au-delà d’un look dans l’esprit des productions Ghibli, Ni No Kuni 2 est un jeu de rôle qui se distingue en offrant des modes de jeu variés. Des modes qui se dévoilent au fur et à mesure après plusieurs heures de jeu.

Lors de certaines séquences, on se déplace sur la carte du monde bercé par les musiques de Joe Hisaishi, le compositeur culte de nombreux films Ghibli et de Kitano.
Lors de certaines séquences, on se déplace sur la carte du monde bercé par les musiques de Joe Hisaishi, le compositeur culte de nombreux films Ghibli et de Kitano. - Bandai Namco

Outre l’exploration classique, le titre propose un mode combat stratégique dans lequel on dirige une petite armée, un autre de construction où l’on bâtit son royaume, un dernier avec des labyrinthes générés aléatoirement à explorer. On se retrouve rapidement avec mille et une choses à devoir exécuter !