20 Minutes : Actualités et infos en direct
Conte« Nina et le secret du hérisson », fable sociale en pleine nature

« Nina et le secret du hérisson » : Comment les réalisateurs ont puisé dans la réalité pour mieux émerveiller

ConteAlain Gagnol et Jean-Loup Felicioli évoquent des thèmes sérieux par le biais d’un polar animé des plus réjouissant, ce mercredi en salle
Nina et le secret du hérisson d'Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli
Nina et le secret du hérisson d'Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli - KMBO / 20 Minutes
Caroline Vié

Caroline Vié

L'essentiel

  • «Nina et le secret du hérisson » mêle histoire de cambriolage et magie autour d’une fillette qui veut aider son père au chômage.
  • Les réalisateurs d'« Une vie de chat » et de « Phantom Boy » ont teinté leur film d’animation d’une pointe de couleur sociale.
  • Ce film, découvert au Festival d’Annecy, est aussi palpitant que touchant.

Les réalisateurs d’Une vie de chat et de Phantom Boy ont prouvé qu’ils savent saupoudrer leur féerie de ce qu’il faut de réalité pour émerveiller. Dans Nina et le secret du hérisson découvert au Festival d’Annecy, Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli suivent les aventures d’une petite fille et de son meilleur ami décidés à cambrioler l’usine qui vient de congédier le père de l’héroïne. Ce dernier est si déprimé qu’il ne raconte plus à la fillette les histoires drôles et poétiques d’un petit hérisson cherchant sa place dans la société.

« On voulait se démarquer des récits animés qui n’ont aucune accroche dans la réalité, expliquent les réalisateurs à 20 Minutes. Pour nous, la féerie est d’autant plus puissante quand elle trouve un pont d’ancrage dans le réel. » Nina et son copain Mehdi sont aux prises avec des problèmes de notre époque comme le chômage, les patrons voyous et le manque d’argent mais cela ne les empêche ni de rêver, ni d’agir.

Du côté du polar

« On s’est dit que les jeunes pourraient se retrouver dans les problèmes que vit Nina, soulignent les réalisateurs. Même s’ils ne l’ont pas vécu, toutes et tous ont entendu parler du chômage et de la précarité. » Sans devenir mélodramatique, le duo montre bien les soucis de Nina mais il insiste surtout sur la solidarité entre les bambins. Ce film d’animation ne craint pas d’évoquer un contexte social.

« Nous cherchions évidemment d’abord à distraire, insistent les cinéastes. C’est pour cela que nous avons beaucoup travaillé sur le côté polar du cambriolage et le suspense qui en découle. » L’action ne manque pas quand les deux amis s’introduisent dans l’usine vide à la recherche d’un magot. Surtout quand la faune vient leur mettre des bâtons dans les roues ou leur prêter main-forte.

Un chouette bestiaire

Outre le petit animal couvert de piquants qui donne son titre au film, les auteurs ont aussi donné la part belle à un chien de prime abord méchant et à un chat aussi acariâtre que sa maîtresse. « C’est un plaisir qu’offre l’animation de pouvoir mettre en scène ce genre de personnages qui contrebalancent efficacement les humains en ajoutant une pointe de fantaisie à l’ensemble. »

Même le toutou de garde aux dents acérées finit par devenir craquant dans leur monde gorgé d’humanité mais on garde un faible pour le hérisson symbole de l’enfance mais aussi des difficultés qu’elle peut rencontrer.

Sujets liés