« Revoir Paris » : Virginie Efira et Benoît Magimel survivront-ils au traumatisme d'un attentat ?

RESILIENCE La réalisatrice Alice Winocour décrit la reconstruction de victimes d’un attentant dans le puissant « Revoir Paris » en salle ce mercredi

Caroline Vié
Benoît Magimel et et Virginie Efira dans «Revoir Paris» d'Alice Winocour
Benoît Magimel et et Virginie Efira dans «Revoir Paris» d'Alice Winocour — Pathé Distribution
  • Un attentat dans une brasserie parisienne fait de nombreuses victimes.
  • « Revoir Paris » d’Alice Winocour témoigne de la résilience des survivants.
  • Virginie Efira et Benoît Magimel sont exceptionnels dans la peau d’êtres traumatisés mais courageux face à l’épreuve qu’ils ont vécue.

C’est l’un des films les plus forts de la rentrée. Revoir Paris d’ Alice Winocour, découvert à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes, suit le parcours douloureux de survivants d’un attentat dans une brasserie parisienne qui tentent de se reconstruire. Les deux acteurs, Virginie Efira et Benoît Magimel, y sont exceptionnels.

« Il s’agit davantage d’une enquête que d’un film sur les attentats eux-mêmes, confie Virginie Efira à 20 Minutes. Mon personnage essaie de retrouver la mémoire après avoir vécu une situation traumatisante. » Dans une brasserie parisienne, la jeune femme a vu débarquer des tireurs qui ont décimé les consommateurs autour d’elle. Le choc a été si violent qu’elle ne se souvient plus des détails de l’attaque, ni de son comportement face au danger.

Se reconstruire après l’horreur

Accusée par un témoin d’avoir été terriblement lâche pendant l’attaque, l’héroïne ne pourra reprendre le cours de son existence que lorsqu’elle aura fait la paix avec ses souvenirs. Le choix de la réalisatrice de montrer l’attentat en ne filmant que les pieds des personnages renforce le processus d’identification du spectateur. Un magnifique travail sur le son achève de retranscrire l’impression de chaos engloutissant les protagonistes. Il n’y a pas la moindre complaisance dans cette scène mais une mise en contexte des épreuves vécues par les personnages. « Aucune des victimes n’a une vision globale de l’attaque, précise la réalisatrice. Elles n’ont conservé que des bribes d’informations comme les fragments d’un miroir brisé. »

Le douloureux processus de reconstitution du puzzle permet à Virginie Efira de livrer une prestation impressionnante face à un Benoît Magimel très touchant en homme atteint dans sa tête comme dans sa chair. Revoir Paris est une histoire de résilience comme de solidarité pour laquelle la cinéaste a puisé dans les souvenirs de son frère, survivant du Bataclan le 13 novembre 2015, avec lequel elle était restée en contact par SMS pendant l’attentat.

Il faut souhaiter que le public ne se laisse pas rebuter par le thème d’un film forcément dur dans sa description de l’horreur, mais qui se révèle lumineux et qui galvanise en célébrant ce que l’être humain peut avoir de meilleur après avoir fait l’expérience du pire.