« Festival du Film Francophone d’Angoulême » : « Les Pires » ont été les meilleurs

CINEMA FRANÇAIS Pour sa quinzième édition, le festival a allié la présence de stars à une programmation de belle qualité

Caroline Vié
— 
Timéo Mahaut dans «Les Pires» de Lise Akoka et Romane Gueret
Timéo Mahaut dans «Les Pires» de Lise Akoka et Romane Gueret — Pyramide Films
  • Le Festival du Film Francophone d’Angoulême a célébré sa 15e édition.
  • Sa sélection a confirmé le dynamisme du cinéma français et francophone.
  • « Les Pires », chronique d’un tournage avec des enfants d’une cité du nord de la France, a reçu un Grand prix mérité.

Le Festival du Festival du Film Francophone d’Angoulême a soufflé ses quinze bougies en fanfare. La manifestation créée avec passion par Marie-France Brière et Dominique Besnehard a attiré 52.000 personnes enthousiastes dans ses salles depuis mardi soit 40 % de plus qu’en 2021. Une programmation remarquable n’était pas pour rien dans l’enthousiasme du public.

Entre avant-premières riches en stars et films d’auteur passionnants, le festival a prouvé que le cinéma français se porte bien et qu’il offre de quoi satisfaire tous les spectateurs. Le triomphe fait à l’hilarant film d’aventures Jack Mimoun et les secrets de Val VerdeMalik Bentalha donne la réplique à Jérôme Commandeur,  François Damiens et Joséphine Japy a été aussi chaleureux que celui réservé aux Pires de Lise Akoka et Romane Gueret, Valois de Diamant de cette édition 2022.

Des Pires, des enfants et un caftan au palmarès

C’était notre coup de cœur dans la compétition : Les Pires, déjà couronné par le prix Un Certain regard à Cannes, a conquis le jury présidé par André Dussollier venu également présenter Le Tigre et le président en avant-première. Ce premier film drôle et tendre suit un tournage où un réalisateur débordé tente de diriger des enfants et adolescents dans une cité du nord de la France. Le Bleu du Caftan de Maryam Touzani, histoire d’un couple marocain qui cache l’homosexualité du mari et Le Sixième enfant de Léopold Legrand, où une famille désargentée conclut un arrangement terrible avec un couple stérile, ont aussi connu les faveurs du jury.

On déplore l’absence au palmarès du touchant Habib, La Grande aventure de Benoît Mariage sur un acteur marocain qui doit composer entre son envie de percer et ses traditions familiales. Et celle d’Annie Colère de Blandine Lenoir autour du Mouvement pour la Liberté de l’Avortement (MLAC) qui lutta pour que soit promulguée la loi défendue par Simone Veil en 1974. Cette dernière était d’ailleurs aussi à l’honneur pour l’avant-première très applaudie de Simone, le voyage du siècle d’Olivier Dahan où Rebecca Marder et  Elsa Zylberstein se partagent le rôle de la grande dame.


Côté stars, c’était aussi la fête. Le public a fait un triomphe à Isabelle Huppert et Sophie Marceau. On a aussi croisé Dany Boon et Line Renaud pour Une belle course de Christian Caron, Ramzy Bedia pour Youssef Salem a du talent, Isabelle Carré et Bernard Campan pour La Dégustation et Karin Viard et Grégory Gadebois pour Maria rêve de Lauriane Escaffre et Yvonnick Muller. Des plaisirs aussi nombreux que variés à découvrir en salle dans les prochains mois. Tout ce qu’il faut pour faire retourner massivement les spectateurs au cinéma.