Les fans de « Star Wars » sont les plus toxiques et les plus racistes, selon Simon Pegg

POLEMIQUE L’acteur britannique semble penser que la saga est handicapée par la ferveur de ses fans

20 Minutes avec agences
Des fans de «Star Wars» lors d'une convention en Louisiane
Des fans de «Star Wars» lors d'une convention en Louisiane — Jennifer Devereaux / ZUMA / VISUAL Press Agency

Si l’on devait établir un classement des communautés de fans les plus toxiques, ceux de Star Wars seraient au sommet du podium. C’est en tout cas l’avis de l’acteur Simon Pegg, qui est bien placé pour le savoir. Non seulement il est, depuis le début de sa carrière avec Spaced, au cœur du « fandom » et de son évolution, mais il a aussi et surtout été à l’affiche de deux franchises cultes, Star Wars, donc, mais aussi Star Trek. Et il est formel : les adorateurs de l’univers créé par George Lucas sont les pires.

« Pour être honnête – et je dis ça en tant que personne qui a été en quelque sorte agacée par les préquelles quand elles sont sorties - la fanbase de Star Wars semble vraiment être la plus toxique en ce moment. Je vais probablement me faire clasher en disant ça », a-t-il indiqué à l’antenne du Jim and Sam Show, sur SiriusXM.

Pardon

Simon Pegg reconnaît qu’il a lui-même fait partie de ces fans toxiques puisque lorsque Jar Jar Binks a été révélé dans La Menace Fantôme, il était parmi les premiers à s’en prendre au personnage (et par extension à son interprète, Ahmed Best). « Je me suis excusé pour les choses que j’ai dites sur Jar Jar Binks. Parce que, bien sûr, il y avait un putain d’acteur impliqué. Il a reçu beaucoup de critiques et… c’était un être humain. Et parce qu’il a reçu beaucoup de haine, il a souffert, et je me sens mal d’avoir fait partie de ça », a expliqué l’interprète d’Unkar Plutt dans Le Réveil de la Force.

Ces dernières années, outre Ahmed Best, plusieurs acteurs et actrices de la franchise ont été ciblés par des campagnes de haine en ligne : John Boyega, Kelly Marie Tran, ou plus récemment Moses Ingram, actrice de la série Obi-Wan Kenobi. Tous ont en commun d’être issus de minorités visibles.

A l’inverse, selon Simon Pegg, Star Trek est une série qui a été progressive depuis le début. « Personne ne dit "Oh, la série est devenue woke d’un seul coup". Star Trek a été woke dès le début… C’est massivement progressiste. Dans Star Wars, il y a soudain un peu plus de diversité et tout le monde s’en lamente. C’est vraiment triste », a-t-il conclu.