« Sweat »: Comment une influenceuse peut-elle se sentir aussi seule malgré 600.000 abonnés ?

SOUS INFLUENCE Le réalisateur suédois Magnus von Horn brosse le portrait d’une jeune femme face au gouffre d’Internet dans « Sweat » en salle ce mercredi

Caroline Vié
— 
Magdalena Kolesnik dans «Sweat» de Magnus von Horn
Magdalena Kolesnik dans «Sweat» de Magnus von Horn — ARP sélection
  • « Sweat » suit la vie quotidienne d’une star des réseaux sociaux.
  • Ce film passionnant décrit les avantages et les inconvénients qu’apporte ce métier.
  • La force du propos vient de fait que le film évite toute caricature.

Elle s’appelle Sylwia, elle est une influenceuse sportive réunissant plus de 600.000 abonnés mais elle se sent seule à en crever. Sweat de Magnus von Horn brosse un portrait sans concession de cette jeune femme d’affaires incarnée par la révélation Magdalena Kolesnik.

Le réalisateur suédois du thriller Le Lendemain évite toute caricature dans sa description. Les avantages dont profite Sylwia sont aussi bien écrits que les épreuves qu’elle doit affronter avec la carrière qu’elle a choisie. Ce film auréolé du Label Cannes 2020 se garde bien d’angéliser ou de diaboliser ses pratiques. C’est ce qui le rend passionnant.

Inspiré par la réalité

C’est en suivant les comptes d’une véritable influenceuse que Magnus von Horn a trouvé son sujet. « Poster des photos, des vidéos et partager sa vie privée était devenu sa profession et je me suis demandé qui était cette femme, en dehors des réseaux. J’ai tenté d’imaginer ce qu’elle ne montrait pas », explique le réalisateur. Il répond à cette question ensuivant son héroïne sous les projecteurs comme dans sa vraie vie. Brillante et dynamique pour ses abonnés, cette dernière se sent incroyablement mal dans sa peau dès qu’elle a éteint son téléphone. Cela n’est pas souvent tant Internet se révèle un tonneau des Danaïdes pour qui en a fait sa principale activité.

Des avantages, Sylwia en a beaucoup grâce à sa situation de stars des réseaux sociaux qui lui permet de recevoir de nombreux cadeaux ainsi que l’amour dévorant de ses fans. Les inconvénients sont aussi nombreux quand elle se fait harceler par un maniaque ou accuser d’être une opportuniste dès qu’elle a le malheur de faire tomber son masque de jeune femme comblée. Sa rencontre avec une abonnée qui se confie à elle ou un repas de famille glaçant révèlent l’étendue de sa solitude.

Magnus von Horn ne force pas le trait ce qui rend Sylwia très touchante. Prise dans un engrenage dont elle a elle-même enclenché le mécanisme, elle émeut par sa détresse et agace par sa superficialité. Ces deux versants du personnage sont montrés avec une acuité qui le rend fascinant dans sa complexité. « C’est une femme d’affaires qui sert d’inspiration à ceux qui rêvent d’avoir son mode de vie », insiste Magnus van Horn. Sweat donne à réfléchir sur ce qu’implique ce choix devant les objectifs mais aussi en coulisse.