Cannes : Contenu, calendrier, architecture… Ce que l’on sait du futur « musée international du cinéma »

SEPTIEME ART La ville azuréenne a livré de nouveaux détails sur son site culturel consacré au cinéma et au Festival de Cannes qui devrait ouvrir en 2028. Le maire David Lisnard, aimerait en faire un « musée national »

Fabien Binacchi
— 
Le site qui jouxte la MJC Picaud, dans le centre-ville, accueillera le musée du cinéma
Le site qui jouxte la MJC Picaud, dans le centre-ville, accueillera le musée du cinéma — F. Binacchi / ANP / 20 Minutes
  • La mairie de Cannes prévoit la construction d’un musée international du cinéma et du Festival de Cannes pour 170 millions d’euros.
  • « Par sa dimension internationale et son contenu de haute qualité, le futur site cannois a vocation à être un musée national », estime le maire David Lisnard.

Annoncé depuis des années, plusieurs fois reporté, le projet d’un musée consacré au Septième art à Cannes serait en train de « se concrétiser », assure la mairie de la ville. Elle vient d’ailleurs de signer avec l’Association française du festival international du film, dont l’édition 2022 s’est achevée il y a quelques jours sur la Croisette, une convention « sur les orientations culturelles et artistiques » de ce site à venir.

Elle annonce également qu’il n’ouvrira qu’en 2028, soit avec trois ans de retard sur ce qui avait été préalablement annoncé, en 2020. Du temps en plus qui servira notamment à peaufiner les propositions de ce temple annoncé du cinéma pour lequel le maire, David Lisnard, affiche une certaine ambition. « Par sa dimension internationale et son contenu de haute qualité, le futur site cannois a vocation à être un musée national », dit-il. Le ministère de la Culture l’entendra-t-il de cette oreille ? En attendant, 20 Minutes fait le point sur les animations déjà prévues et les autres détails du projet.

Un espace de 5.200 m2 face à la mer

C’est désormais de plus en plus clair : ce musée international du cinéma et du Festival de Cannes sera érigé à l’ouest du Palais des festivals et des congrès, à 2 km en voiture, sur un terrain avec vue mer, juste à la côte d’une MJC, entre le boulevard du Midi et l’avenue du Docteur Raymond Picaud. La municipalité explique « privilégier » ce terrain de près de 2 ha. Sur place, elle espère toujours un « geste architectural fort et emblématique », un véritable « Guggenheim du 7e art » d’une surface totale de 5.200 m2.

Sur le calendrier, en revanche, les lignes ont bougé. Alors que l’hôtel de ville tablait il y a deux ans sur une ouverture en 2025, il affirme aujourd’hui que « la livraison du chantier aura lieu en 2028 », au futur et sans conditionnel. Mais sur un éventuel troisième mandat du maire David Lisnard donc. « Les prochaines étapes consistent à développer des partenariats privés et publics pour le financement du bâtiment dont le montant prévisionnel s’élève à 170 millions d’euros hors taxes », explique encore la municipalité.

Histoire du cinéma, effets spéciaux et espace « enfants » au programme

Sur le contenu du musée, les choses sont déjà plus claires. Les plus grands espaces du site (2.500 m2) seront consacrés à une exposition permanente sur l’histoire du cinéma mondial, réalisée par la Cinémathèque française, indique la ville, qui livre des détails très concrets. Intitulée « Vive le cinéma ! », cette section, qui rassemblera des machines, des costumes, des objets et des extraits et films, disposera également de décors reconstitués, et notamment ceux des Temps Modernes de Chaplin. Le studio de George Méliès y sera également reproduit.

Le Festival de Cannes aura, lui, droit à 1.000m2 pour raconter son histoire. Et cet espace « ne sera pas figé puisqu’il s’enrichira, chaque été, des échos de la dernière édition », précise la mairie. Plus loin, Universciences aura la charge de concevoir 500 m2 pour les enfants de 6 à 12 ans. Muséographiés sous forme de plateaux de tournage, ils permettront aux plus jeunes de connaître les rouages du Septième art. 300 autres mètres carrés formeront « un studio lab sur les coulisses et secrets de fabrication des tournages et effets spéciaux », décrit la municipalité. Un espace de 1.000 m2 ouvert à blockbusters pour des expositions temporaires, un auditorium de 650 places, un restaurant, un café et une boutique (sur 1.500 m² au total) compléteront l’offre du musée.