Festival de Cannes: On a célébré la 75e édition avec Guillermo Del Toro (entre autres personnalités)

FETE Le réalisateur de « La Forme de l’eau » a largement contribué à l’ambiance de la grande fête du cinéma qui a réuni 700 convives mardi soir au Festival de Cannes

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié
— 
Guillermo Del Toro chante pour le 75e Festival de Cannes — 20 Minutes
  • Le Festival de Cannes a fêté sa 75e édition dans une ambiance festive.
  • Guilermo Del Toro, enthousiaste, s’est déclaré confiant dans l’avenir du cinéma.
  • Cet avis était partagé par les célébrités présentes, ravies de se retrouver pour célébrer le 7e Art.

« Cannes est de retour. Le public est de retour, l’envie est de retour. J’en avais besoin et je crois que les cinéphiles aussi », a déclaré Guillermo Del Toro à 20 Minutes. Ça rend confiant pour l’avenir du cinéma. » Le réalisateur de La Forme de l'eau et de Nightmare Alley faisait partie de l’impressionnant panel de célébrités venues célébrer la 75e édition du Festival de Cannes.

Cinéma’s not dead

« Le cinéma est toujours vivant et le festival est là pour dire qu’il ne mourra jamais ! » Cette déclaration enflammée de son délégué général Thierry Frémaux résume parfaitement l’esprit de la journée. Il suffisait d’entendre Guillermo Del Toro pousser la chansonnette avec Gaël Garcia Bernal sur la scène du Grand théâtre Lumière pour être convaincu que le 7e Art est toujours aussi festif.

La traditionnelle photo de famille où Sandrine Kiberlain côtoyait Kristen Stewart, où Gaspar Noé papotait avec Nicolas Winding Refn et où Jean Dujardin prenait la pose avec Sophie Marceau et Isabelle Huppert s’est déroulée dans une atmosphère joyeuse.

Louis Garrel « très détendu »

La projection de L’Innocent de Louis Garrel, dans ses petits souliers à l’idée de montrer son film devant des cinéastes comme David Cronenberg, Wim Wenders, Elia Suleiman ou Paolo Sorrentino, a ajouté à la bonne humeur générale. « Je suis très détendu », a-t-il déclaré en plaisantant mais éclats de rire et applaudissements l’ont rassuré. Il a serré dans ses bras sa maman, à qui le film est dédié, sous le regard attendri d’Anouk Grinberg, Roschdy Zem et Noémie Merlant, ses acteurs très émus.

La fête s’est poursuivie au… marché. Celui de Forville avait été transformé en salle de banquet où les invités ont dégusté des fleurs de courgettes, du homard et un « meringué aux maras des bois » concocté par le chef doublement étoilé Bruno Oger. Si les papilles étaient à la fête, c’était surtout un bonheur de cinéphile que de voir Guillermo Del Toro faire honneur au repas ou Gaspar Noé, heureux comme un enfant à la table d’Abel Ferrara.

« Le cinéma est la seule drogue à laquelle je suis accro » avait-il annoncé l’après-midi même lors d’un colloque sur l’avenir du cinéma. Il n’est pas le seul à avoir cette addiction. Tous les convives étaient dans le même cas et le festival leur offre une bonne dose de 7e Art.