Festival de Cannes : Quels films pourraient séduire Vincent Lindon et les membres de son jury ?

COMPETITION Grand acteur et cinéphile exigeant, Vincent Lindon aura l’embarras du choix pour décerner la Palme d’or.

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié
— 
Vincent Lindon, le portrait — 20 Minutes
  • Acteur de la dernière Palme d’or « Titane », Vincent Lindon est le président du jury du Festival de Cannes 2022.
  • Cet acteur amoureux de films singuliers aura à choisir entre de nombreux longs-métrages prometteurs.
  • Un jury prestigieux va l’épauler jusqu’au 28 mai prochain.

Mais qu’est-ce qui va bien pouvoir séduire Vincent Lindon et son jury ? Cette question et ses réponses fantasmées vont faire papoter les festivaliers cannois jusqu’au 28 mai, 20h30, quand sera remis le palmarès et attribuée la Palme d’or.

Sur scène l’an dernier pour « Titane »

Grand acteur (chez Doillon, Cavalier, Brizé ou Giannoli), homme de caractère et cinéphile exigeant, Vincent Lindon était sur la scène du festival lorsque Titane a reçu la palme d’or. Se laissera-t-il cette année envoûter par Les Crimes du futur, fable horrifique très attendue signée David Cronenberg, un cinéaste qui a beaucoup influencé Julia Ducourneau ? Peut-être parce que ça lui rappellerait de bons souvenirs. Mais peut-être pas, car il pourrait préférer un genre auquel il ne s’est pas encore essayé.

A ce titre, l’autre film le plus attendu est celui de l’Américain James Gray, Armageddon Time de James Gray avec Anthony Hopkins et Anne Hathaway dans le New York des années 1980 sous l’hégémonie du promoteur immobilier Fred Trump, père de Donald Trump. C’est à la même époque que Valeria Bruni-Tedeschi situe Les Amandiers, sur les débuts de la comédienne et réalisatrice dans le théâtre mythique de Patrice Chéreau à Nanterre. Dans un autre genre, Boys Form Heaven, sorte de Parrain à l’iranienne signé Saeed Roustaee, le réalisateur de La Loi de Téhéran, est l’un des films les plus excitants, du moins sur le papier.

La singularité du cinéma de Claire Denis pour Stars at Noon ou le sulfureux Decision to Leave de Park Chan Wook auront aussi de quoi fasciner un Vincent Lindon qui aime les œuvres sortant du lot. A moins qu’Arnaud Desplechin et son Frère et sœur, porté par le duo Marion Cotillard/Melvil Poupaud, ne le fasse vibrer. On connaît aussi l’engagement politique du comédien qui pourrait le conduire à favoriser les frères Dardenne et leurs migrants africains Tori & Lokita ou le thriller géopolitique d’Albert Serra avec Benoit Magimel, sur une rumeur d’essais nucléaires à Tahiti dans Tourment sur les îles.

A n’en point douter, le jury de Vincent Lindon composé de quatre actrices (Rebecca Hall, Noomi Rapace, Deepika Padukone, Jasmine Trinca) et quatre réalisateurs (Asghar Farhadi, Ladj Ly, Jeff Nichols et Joachim Trier), aura l’embarras du choix. Riche de 21 films, la compétition qui s’ouvre demain par La Femme de Tchaïkovski du Russe (exilé à Berlin) Kirill Serebrennikov, s’annonce prometteuse. Gageons que les choix du jury sauront surprendre comme (presque) chaque année.