« A l’ombre des filles » et « Vortex »: Comment Alex Lutz fait pour « surprendre les autres et lui-même »

ROLES Le comédien incarne des rôles très différents dans « A l’ombre des filles » d’Etienne Comar et « Vortex » de Gaspar Noé, deux films en salle ce mercredi

Caroline Vié
Alex Lutz dans «A l'ombre des filles» d'Etienne Comar
Alex Lutz dans «A l'ombre des filles» d'Etienne Comar — Charles Paulicevich/Ad Vitam
  • Alex Lutz incarne un chanteur lyrique qui donne des cours dans une prison de femmes dans « A l’ombre des filles » et un fils toxicomane dans « Vortex ».
  • Ces deux rôles très différents témoignent de la diversité de son talent.
  • Le comédien prépare également son nouveau film en tant que réalisateur.

Son César reçu en 2019 pour Guy semble avoir galvanisé  Alex Lutz. Le comédien apparaît de plus en plus à l’aise dans des rôles très différents. Comme il le prouve cette semaine en apparaissant dans Vortex de Gaspar Noé, révélé à Cannes l’an passé et dans A l’ombre des filles d’Etienne Comar.

« Je n’ai pas l’impression d’avoir changé, confie le comédien à 20 Minutes. Je poursuis mon petit bonhomme de chemin en acceptant les merveilleux cadeaux que me font des réalisateurs que j’admire. » Fils toxico de Dario Argento et de Françoise Lebrun dans Vortex, le comédien est un chanteur lyrique au bout du rouleau qui donne des leçons de chant à des détenues dans A l’ombre des filles.

Des personnages complexes

« Le principal point commun entre ces deux films, c’est qu’on m’y a offert des rôles complexes d’homme en crise tentant de composer avec un monde qui lui semble hostile », précise Alex Lutz. Il émeut profondément face aux femmes abîmées qu’il rencontre en prison parmi lesquelles on reconnaît Agnès Jaoui et Hafzia Herzi. « J’ai été doublé pour le chant, explique-t-il mais j’ai dû suivre une formation avec un coach répétiteur afin de trouver les bonnes attitudes pour être physiquement crédible dans ce rôle. » Quand la voix d’une étonnante pureté de son personnage s’élève, on croit sans aucun souci qu’il a ajouté ce nouveau talent à sa panoplie.

Dans Vortex, le comédien est à fleur de peau entre une mère qui perd la raison et un père avec lequel il entretient, une relation compliquée entachée par des années de conflits. « Gaspar Noé m’a donné la chance de créer ce personnage de toxicomane sur ce tournage de folie, se souvient Alex Lutz. Il n’a pas peur de laisser ses acteurs improviser ! » Et sa méthode est payante car l’acteur est éblouissant en homme perdu face à ses parents, son jeune fils qu’il peine à élever et une addiction qu’il ne parvient pas à enrayer. « J’ai été impressionné par le travail de Gaspar Noé. Il sait ce qu’il veut et l’obtient en vous laissant une grande liberté. »

Retour sur scène

« Ce qui m’intéresse dans mon métier, ce sont les compositions, insiste Alex Lutz. Je veux que mes choix soient les plus polymorphes possibles. Ne pas proposer la même déclinaison du même objet à chaque fois que j’accepte un projet me semble indispensable tant pour le spectateur que pour moi. J’aime surprendre les autres et moi-même » Toujours aussi passionné par son métier, il retournera au théâtre avec son Seul en scène pour quelques dernières dates en juin en travaillant à sa nouvelle réalisation dont il garde jalousement le thème secret.