« Morbius » : Jared Leto situe son héros Marvel « au-delà du Bien et du Mal »

SUPERHEROS L’acteur Jared Leto est le premier à incarner le vampire Marvel dans « Morbius », en salle ce mercredi

Caroline Vié
Jared Leto dans «Morbius» de Daniel Espinosa
Jared Leto dans «Morbius» de Daniel Espinosa — Sony Pictures France
  • Atteint d’une maladie sanguine, le Docteur Morbius met au point un médicament qu’il va essayer sur lui-même.
  • Attention aux effets secondaires qui vont le transformer en buveur de sang humain !.
  • « Morbius » devrait permettre à Jared Leto de se faire une place parmi les stars abonnées au multivers Marvel.

Il est pour qui, le nouveau héros Marvel ? Pour Jared Leto, pas peu fier d’être le premier à incarner Morbius dans le  film homonyme de Daniel Espinosa. « C’est excitant de créer un personnage qu’on n’avait jamais vu à l’écran, confie-t-il à 20 Minutes. Cela ouvre un incroyable champ de possibles en donnant toute la liberté de s’approprier le rôle. »

L’acteur, vu récemment en Joker de Suicide Squad et dans House of Gucci de Ridley Scott, est vénéneux à souhait dans le rôle de ce savant atteint d’une maladie génétique dont le remède qu’il a essayé sur lui-même le transforme en vampire. « C’est un rôle complexe à la Dr Jekyll et M. Hyde, précise-t-il. Il n’est ni bon, ni méchant mais se situe au-delà du Bien et du Mal. »

Un cas de conscience

Jared Leto est au top de sa performance, notamment quand Morbius est affaibli par sa maladie et peine à se déplacer. « Cet aspect de ma prestation a été très physique, explique le comédien. Je me suis renseigné auprès de victimes d’AVC pour mettre au point mon langage corporel. Je voulais que le spectateur ressente la souffrance du héros et que cela rende sa métamorphose plus impressionnante. » Il devient soudain une force de la nature au physique sculptural mais ne peut plus se nourrir que de sang humain et doit lutter contre des penchants homicides.

Alors bien sûr, le comédien ne joue pas vraiment la carte de la sobriété pour faire partager les soucis éthiques du bon docteur. « Mais ce cas de conscience est passionnant, insiste Jared Leto. Il pourra en découler des développements intéressants, car cet opus ne marque que le début de son aventure. » Ce film-ci tourne autour de sa rivalité avec son ami d’enfance, joué par Matt Smith (ex Doctor Who et  Prince Philip dans la série The Crown), qui souffre de la même pathologie mais se montre nettement moins regardant pour ce qui concerne les vies humaines une fois qu’il a goûté à l’hémoglobine.

« Les films de superhéros sont populaires et je suis ravi de m’y essayer, d’autant plus que je ne suis pas habitué à jouer les têtes d’affiche, reconnaît Jared Leto. Pour quelqu’un comme moi qui s’est spécialisé dans le cinéma indépendant, Morbius constitue une véritable opportunité. » Les séquences post-génériques du film donnent à penser que sa performance en Morbius n’est qu’une mise en bouche et que l’acteur pourrait trouver sa place parmi les stars du multivers Marvel.