« La Brigade » : Comment Audrey Lamy se retrouve avec de jeunes migrants dans sa cuisine

SOLIDARITE Louis-Julien Petit, le réalisateur des « Invisibles », offre une nouvelle comédie humaniste très réussie : « La Brigade » avec Audrey Lamy et François Cluzet, en salle ce mercredi

Caroline Vié
— 
Audrey Lamy au milieu des jeunes de «La Brigade» de Louis-Julien Petit
Audrey Lamy au milieu des jeunes de «La Brigade» de Louis-Julien Petit — Marcel Hartmann/Apollo Films
  • Une cheffe cuisinière congédiée se voit contrainte de donner de cours à de jeunes migrants et, à sa grande surprise, cette femme autoritaire s’attache à ses élèves courageux.
  • « La Brigade » ne se contente pas de faire rire avec Audrey Lamy et François Cluzet, le film veut mettre en contact employeurs potentiels et futurs apprentis.

La Brigade ressemble moins à celle de Bac Nord qu’à celles de Top Chef.  Louis-Julien Petit raconte comment une cuisinière (Audrey Lamy, prix d’interprétation à l’Alpe d’Huez) et un travailleur social ( François Cluzet) vont s’unir pour former de jeunes migrants à la cuisine dans une comédie sociale qui ouvre le cœur et l’appétit.

« On s’est entourés de jeunes épatants qui ont de quoi redonner foi en l’être humain, explique François Cluzet à 20 Minutes. Ils sont passés par des épreuves épouvantables qui leur ont apporté autant de maturité que d’envie de réussir pour transmettre leur savoir dans leurs pays. » Les comédiens du film se sont mis au diapason de ces gamins mineurs que le réalisateur de Discount et Les Invisibles a finement sélectionnés.

Du rire, des larmes et du goût

« La comédie est un bon moyen de sensibiliser les gens, insiste le réalisateur Louis-Julien Petit. Faire rire donne à réfléchir et c’est ce que j’ai souhaité faire pour La Brigade ! » Son humanité et son empathie font mouche tant sa description du monde du travail sonne juste. Autoritaire mais profondément attendrissante, Audrey Lamy mène la danse d’une chronique qui ne cache aucunement les difficultés que rencontrent les jeunes et les personnes qui les encadrent.

On s’amuse beaucoup devant les premières confrontations de l’héroïne et des gamins qu’elle doit coacher mais le rire s’étrangle lorsque survient une expulsion injuste. « J’ai beaucoup appris et pas seulement sur la cuisine pour laquelle j’ai suivi une formation, confie Audrey Lamy. Ce tournage a été une expérience humaine enrichissante. » Le spectateur la partage avec délice tant les personnages sont croqués sans caricature mais avec une humanité vibrante. Sans oublier les moments où l’eau lui vient à la bouche devant les petits plats appétissants qu’on voit préparer à l’écran.

« La cuisine, c’est du partage, insiste François Cluzet. C’est aussi une façon de montrer ce que chacun peut apporter à tous. » Louis-Julien Petit et son équipe ne sont pas arrêtés à ce message généreux. A la fin du film, un numéro de téléphone (0749794961) permet de mettre en contact employeurs potentiels et apprentis en quête de stages. « Faire du cinéma est un début, souligne le réalisateur. On essaye également d’apporter une aide plus concrète. » Cette initiative rend sa Brigade encore plus sympathique.