« Le Temps des secrets »: Mélanie Doutey pointe le féminisme de la mère de Marcel Pagnol

EGALITE La comédienne dévoile un aspect méconnu de la mère de l’écrivain dans « Le Temps des secrets » en salle ce mercredi

Caroline Vié
— 
Mélanie Doutey et Anne Charrier dans « Le Temps des secrets » de Christphe Barratier
Mélanie Doutey et Anne Charrier dans « Le Temps des secrets » de Christphe Barratier — Pathé Distribution
  • Dans « Le Temps des secrets » de Christophe Barratier, on retrouve le jeune Marcel Pagnol au début du XXe siècle.
  • Mélanie Doutey émeut dans le rôle de sa maman, féministe de la première heure.
  • Cette chronique gorgée de soleil lui offre un très beau rôle de femme libre et aimante.

Si Le Temps des secrets fait souffler un petit vent de modernité sur l’enfance de Marcel Pagnol, c’est à Mélanie Doutey qu’on le doit. La comédienne incarne avec un bel aplomb le personnage d’Augustine, la mère de Marcel, que Christophe Barratiern’hésite pas à mettre en avant dans son adaptation. Car c’était bien une féministe de la première heure que cette Augustine qui n’hésitait pas à retrouver régulièrement d’autres femmes pour évoquer le droit de vote, par exemple, alors qu’elles devaient demander la permission de leurs maris pour avoir un emploi ou un compte en banque au début de XXe siècle.

« Les premières réunions féministes datent de cette époque, explique la comédienne à 20 Minutes. Christophe Barratier a tenu à montrer comment Augustine, la femme que j’interprète, les fréquentait et y a même emmené son fils. » Cette maman tendre se fait aussi accompagner par sa sœur (jouée par Anne Charrier) mais elles cachent leur militantisme à leurs époux joués par  Guillaume de Tonquédec et François-Xavier Demaison.

Des militantes très discrètes

« Il faut savoir qu’à l’époque, une femme faisait honte à sa famille si elle était surprise à participer à des réunions de ce genre, explique Mélanie Doutey. Pour la hiérarchie de son mari instituteur, c’était très mal vu : les femmes devaient rester dans l’ombre de leur mari. Augustine n’a pourtant rien d’une excitée : elle souhaite simplement pouvoir s’exprimer. » Lectrices de La Fronde, journal féministe de l’époque, sa sœur et elle n’en aiment pas moins leurs vies de mères de famille dans une France lumineuse et un tantinet fantasmée. « Le film évoque certains problèmes en creux, insiste Mélanie Doutey. Il parle des soucis que cause l’amour chez les parents comme chez les enfants mais aussi de la maladie d’Augustine qui la terrassera quelques années plus tard. »

L’insouciance des vacances et de la première année de lycée du jeune Marcel est quelque peu ternie par ces thématiques graves. « Le Temps des secrets marque un passage vers la maturité pour le héros, précise Mélanie Doutey. Il découvre plusieurs aspects des femmes et différentes facettes de sa propre mère. » Le personnage d’Augustine se montre souvent pétillant, parfois angoissé mais toujours vibrant de chaleur pour les siens. Il doit beaucoup à la prestation sensible de l’actrice.

Si Mélanie Doutey émeut dans la peau de cette féministe de la première heure, libre et solaire, elle n’a pas fini de surprendre. Le 6 avril prochain, on la retrouvera dans un rôle de mère et d’épouse très différent de celui-ci pour le thriller vénéneux Inexorable de Fabrice Du Welz où elle prouve une fois de plus l’ampleur et la versatilité de son talent.