« The Batman » : Pourquoi ce Batman n'est pas un film de super-héros (mais de détective)

I'M VENGEANCE « The Batman »  est en salle depuis mercredi et montre un Batman encore jamais vu sur grand écran, mais bien connu des comics

Vincent Jule
— 
« The Batman » revient aux origines détectives du personnage des comic
« The Batman » revient aux origines détectives du personnage des comic — Warner Bros. Entertainment
  • The Batman est sorti mercredi dans les salles de cinéma et est la troisième incarnation du justicier masqué en moins de dix ans.
  • Après la version moderne de Christopher Nolan ou mythologique de Zack Snyder, comment le réalisateur Matt Reeves et son acteur Robert Pattinson se réapproprient-ils le personnage ?
  • Plus détective que super-héros, ce nouveau Batman effectue un retour aux sources et aux comics

Trois Spider-Man différents en dix ans, c'est beaucoup, non ? La question s’est posée à l’annonce du reboot avec Tom Holland en 2017, et a trouvé une réponse inattendue et enthousiasmante dans le récent Spider-Man : Now Way Home. Elle se pose à nouveau avec The Batman, en salle depuis mercredi et troisième incarnation de Chevalier Noir sur grand écran en moins de dix ans, après Christian Bale chez Christopher Nolan et Ben Affleck chez Zack Snyder. Auxquelles on peut ajouter Michael Keaton, de retour sous le costume dans les prochains films The Flash et Batgirl. Merci le multivers.

Batman n’a jamais été montré en costume

Chaque Batman avait jusque-là réussi à affirmer son identité, de la très pop série sixties avec Adam West à la sombre et moderne trilogie The Dark Knight en passant par l’approche gothique chez Tim Burton et mythologique chez Zack Snyder. Comment le réalisateur Matt Reeves et son acteur Robert Pattinson allaient-ils se démarquer, que pouvaient-ils apporter au personnage ? Ils ne s’affranchissent pas totalement de l’influence de Christopher Nolan, encore omniprésente à Hollywood de James Bond à Mission : Impossible, avec  un Batman noir, torturé, héroïque mais humain.

Mais le paradoxe – et tour de force – de The Batman est que rarement un film Batman n’a autant montré Batman en costume, au point d’oublier qu’il est également Bruce Wayne, tout en donnant l’impression de ne pas être un « vrai » film Batman. Robert Pattinson ne tombe presque jamais le masque, et traverse le film en Batman, jusque sur les scènes de crime, lors des interrogatoires, dans les boîtes de nuit. Avec ce moment, à la fois beau et symbolique, où il doit sauter d’un immeuble mais prend peur. Il n’a alors rien d’un super-héros comme dans les récentes productions du genre.

Plus simple détective que super-héros

A chaque adaptation cinéma de Batman, le réalisateur se revendique plus ou moins directement des comics, à l’instar de Zack Snyder qui a fait lire un extrait de The Dark Knight Returns de Frank Miller pour annoncer son Batman V Superman au Comic Con 2013. Matt Reeves, lui, cite volontiers Année Un de Frank Miller et David Mazzucchelli, Ego de Dawrwyn Cooke ou Un long Halloween et sa suite Amère Victoire de Jeph Loeb et Tim Sale, pour, respectivement, les débuts du justicier, l’exploration de sa psychologie et la chasse au serial killer. The Batman est ainsi avant tout une enquête, et renvoie aux origines du personnage DC créé par Bob Kane et Bill Finger. Car oui, DC sont les initiales de Detective Comics, la première et plus longue série de comics de l’éditeur, qui a vu naître Batman en mai 1939.

Le spectateur découvre ainsi un Batman plus détective que super-héros. Matt Reeves dit avoir revu des ses classiques des années 1970 (French Connection, Taxi Driver, Chinatown, les films d’Alan J. Pakula), mais son film semble surtout sous l’influence d’un autre cinéaste, contemporain. Et non il ne s’agit de Christopher Nolan. Pour son méchant, le Riddler, par exemple,  Matt Reeves évoque le Tueur du Zodiaque ou le livre Mindhunter. Vous l’aurez compris, The Batman ressemble à un polar de David Fincher, entre Seven et Zodiac, jusque dans sa haute tenue visuelle, et prouve que celui que l’on surnomme le Chevalier noir, le Justicier masqué, l’Homme chauve-souris ou encore le Plus grand détective du monde n’est pas un super-héros comme les autres.