« Uncharted » : Tom Holland et Mark Wahlberg plongent dans un jeu vidéo en grandeur réelle

VIDEO GAME Le réalisateur Ruben Fleischer a trouvé comment adapter le classique du jeu vidéo d’aventures « Uncharted » pour en faire un divertissement décomplexé, en salle ce mercredi

Caroline Vié
— 
Tom Holland dans « Uncharted » de Ruben Fleischer
Tom Holland dans « Uncharted » de Ruben Fleischer — Sony Pictures France
  • « Uncharted » n'est rien d'autre que l'histoire d'une poignée d’escrocs qui se disputent un trésor dissimulé depuis des siècles.
  • Le réalisateur Ruben Fleischer retrouve l’esprit du jeu qui l’a inspiré pour une suite d’aventures rocambolesques.
  • Tom Holland, Mark Wahlberg et Antonio Banderas s’en donnent à cœur joie dans ce divertissement décomplexé.

Au commencement était un jeu vidéo devenu culte au fil de ses  quatre épisodes. Uncharted de  Ruben Fleischer s’en inspire pour entraîner Tom Holland,  Mark Wahlberg et   Antonio Banderas dans une suite d’aventures autour d’un trésor disparu.

« Le défi quand on adapte un jeu vidéo, c'est de parvenir à transformer un loisir actif en divertissement passif sans que les spectateurs s’ennuient, explique Ruben Fleischer à 20 Minutes. Il faut que le public se sente aussi impliqué dans l’action que s’il tenait les manettes. » Pour ce faire, le réalisateur des deux Zombieland et deux Venom, n’a pas lésiné pour faire monter l'adrénaline autour du duo Holland-Wahlberg, épaulé par deux actrices dynamiques, la débutante Tati Gabrielle et Sofia Taylor Ali.

L’esprit du jeu

« Acteurs et actrices ont beaucoup payé de leur personne, admet le cinéaste. J’ai été particulièrement bluffé par les capacités de gymnaste de Tom Holland qui effectue un grand nombre de ses cascades lui-même. » L’acteur, vu récemment en vedette de Spider-Man: No Way Home, incarne ici un voleur ingénieux aussi débrouillard que candide auquel un vieux de la vieille joué par Mark Walberg donne du fil à retordre. « Nous avons évidemment pensé aux buddy-movies des années 1980-90 comme L’Arme fatale ou Rush Hour mais la saga Indiana Jones a été également notre modèle. Cela permettait de garder l’esprit du jeu tout en lui donnant une couleur purement cinématographique », insiste Ruben Fleischer.

Les dialogues pétillants entre les personnages saupoudrent des séquences d’action que ne renieraient pas les créateurs d’Uncharted qui ont d’ailleurs veillé sur le projet. On retient une scène dans la cale d’un avion et une autre où des galions héliportés se livrent à un combat dans les airs. « Cela m’a rappelé le temps où je jouais aux jeux vidéo, s’amuse Ruben Fleischer. Si ce n’est que là, je m’amusais avec de vraies personnes et des décors grandeur nature. » Sa bonne humeur palpable rend le public indulgent pour les baisses de rythmes et les incohérences du scénario.

S’évader par écran interposé

« Après des mois de confinement, je me dis que les gens seront heureux de voyager grâce à mon film qui leur montre notamment des superbes paysages espagnols », précise le cinéaste qui aimerait décliner Uncharted en franchise. On passe un bon moment avec ce divertissement qui n’a pas d’autre ambition que de dépayser sans prise de tête.