« Paranormal Activity : Next of Kin » : La franchise est de retour mais fait-elle encore peur ?

FOUND FOOTAGE « Paranormal Activity : Next of Kin », diffusé jeudi soir sur OCS Choc, est - déjà - le septième film de la franchise horrifique

Vincent Jule
— 
« Paranormal Activity : Next of Kin » est le septième film, sous forme de reboot, de la franchise horrifique
« Paranormal Activity : Next of Kin » est le septième film, sous forme de reboot, de la franchise horrifique — Paramount Pictures
  • Paranormal Activity : Next of Kin de William Eubank est diffusé jeudi à 20h40 sur OCS Choc.
  • Il s’agit du septième opus, en forme de reboot, de la franchise horrifique.
  • Représentant du found footage, film le plus rentable de l’histoire, Paranormal Activity a réussi à traumatiser son public avec peu d’effets mais plusieurs suites et succès.

Paranormal Activity : Next of Kin est diffusé en exclusivité jeudi soir sur OCS Choc, et il s’agit du septième opus,  sous forme de reboot, de la franchise. On vous a vu écarquiller les yeux. Oui, Paranormal Activity compte déjà 7 films en un peu plus de 10 ans, et rejoint ainsi les plus longues  sagas horrifiques comme Vendredi 13, Halloween, Hellraiser, Saw ou l’univers Conjuring. Le premier Paranormal Activity est également l’un des dignes représentants du found footage, aux côtés du Projet Blair Witch et REC, et reste surtout le film le plus rentable de tous les temps, avec 193 millions de dollars de recettes pour un budget de 15.000 dollars. Mais sinon, ça fait peur ?

Il ne se passe presque rien, mais c’est déjà trop

L’histoire est maintenant connue. Pour exorciser ses peurs, le réalisateur américain Oren Peli tourne Paranormal Activity en une petite semaine, avec le caméscope familial, dans sa maison réaménagée. Les galères de Katie et Micah, témoins de phénomènes surnaturels, arrivent à point nommé pour contrebalancer la mode du torture porn des Saw et Hostel. Une image fixe, des traces de pas, un drap qui se soulève… Il ne se passe presque rien, mais c’est déjà trop.

Le public du Screamfest Horror Film Festival est traumatisé en 2007, et le film est repéré par le jeune producteur Jason Blum, futur patron du cinéma de genre, ainsi que par un certain Steven Spielberg. Il est d’abord question d’en faire un remake avec un plus gros budget et de proposer l’original en bonus DVD. Mais une projection test prouve à DreamWorks que le film peut être exploité tel quel. Ou presque. La fin est retournée.

Le meilleur, c’est « Paranormal Activity 4 »

Le succès est donc au rendez-vous, et les suites aussi. A partir de 2010 et au rythme de presque un film par an, la franchise explore, bon gré mal gré, la mythologie du démon Tobi et le passé de la famille de Katie. Le dispositif found footage reste le même à chaque fois, et fait même preuve de créativité entre les mains de Henry Joost et Ariel Schulman, le duo derrière le vrai faux documentaire Catfish. Leur Paranormal Activity 4 est peut-être le plus intéressant de la franchise, avec l’utilisation de webcams, iPhones et même la  Kinect de Xbox. Elle aura au moins servi à quelque chose.

Après une suite officieuse, Tokyo Night, et un spin-off, The Marked Ones, la franchise tire sa révérence en 2015 dans un relatif anonymat et avec le pire de ses épisodes, Ghost Dimension. La caméra ne capte plus des phénomènes paranormaux mais ouvre limite des portails interdimensionnels. Il était temps d’en finir. Si Oren Peli est toujours producteur des films avec Jason Blum, il se fait discret (et n’a réalisé qu’un autre film, Area 51) et le garant de la franchise semble plutôt être le scénariste Christopher Landon, également réalisateur de The Marked Ones mais aussi de Happy Birthdead. Il est de retour pour Paranomal Activity : Next of Kin, mise en scène par William Eubank (le sympathique Underwater).

Très efficace et sans prétention

Changement de personnages, de décor, de mythologie et presque de dispositif. Le found footage reste un impondérable de la franchise, mais il est utilisé ici de manière moins statique, plus spectaculaire. Abandonnée à la naissance, la jeune Margot enquête sur ses origines lorsqu’elle est contactée par un certain Samuel, qui prétent connaître sa mère et être de sa famille. Enfin, « famille »… Margot débarque avec ses amis et leur caméra dans une communauté soit-disant amish, et surtout très inquiétante.

S’il ne révolutionne pas le genre, ce nouvel épisode sait être efficace, sans prétention et avec un petit air de best of : secte, église, rituel, pièce secrète, forêt la nuit et même – petit spoiler mais grande promesse – un trou sans fond. Next of Kin ne relancera peut-être pas la franchise Paranormal Activity, mais il vous fera aisément votre soirée.