« Super-héros malgré lui » : Philippe Lacheau se révèle en Badman pour le meilleur et pour le rire

HEROS SUPER Philippe Lacheau s’est mitonné le rôle d’un acteur raté qui se prend pour le justicier qu’il doit incarner dans « Super-héros malgré lui » au cinéma ce mercredi

Caroline Vié
— 
«Super-héros malgré lui»: Philippe Lacheau se révèle en Badman pour le meilleur et pour le rire — 20 Minutes
  • Un acteur raté voit sa carrière enfin lancée quand on lui propose le rôle principal du film « Badman ».
  • Après un accident de voiture, il se prend vraiment pour ce justicier librement inspiré de Batman.
  • La « Bande à Fifi » s’amuse avec une belle énergie à torpiller joyeusement l'image des redresseurs de torts masqués.

Qui porte un beau costume noir mettant en valeur ses muscles saillants ? Philippe Lacheau dans Super-héros malgré lui, une comédie présentée en ouverture du  Festival de l'Alpes d'Huez, qu’il a aussi coécrite et mise en scène. Il y incarne un comédien raté qui se prend pour Badman, son personnage de justicier 100 % français, après un accident de voiture.

Entouré de ses complices habituels de la « bande à Fifi » (Elodie Fontan,  Tarek Boudali et  Julien Arruti), Philippe Lacheau s’amuse avec les codes des films de justiciers masqués avec autant d’énergie que de bonne humeur. « On a pris Batman pour modèle car il est le seul superhéros à ne pas avoir de pouvoirs surnaturels et qui se distingue principalement par ses accessoires, explique l’acteur et réalisateur à 20 Minutes. Cela rendait acceptable le fait que mon personnage puisse réellement penser que Badman, c’est lui ! »

Des effets spéciaux et des cascades soignés

Evidemment, ce redresseur de torts en carton va commettre plus de bêtises que d’actes glorieux, mais il pourrait bien finir par arriver à arrêter de vrais méchants entre gags et malentendus. « On a apporté un soin particulier au look du film, précise Philippe Lacheau. Effets visuels et cascades ont été très étudiés. » Badman n’hésite pas à mettre la main à la pâte, à faire le coup de poing ou de l’escalade dans une belle combinaison fort flatteuse pour l’acteur-réalisateur.

« Il faisait une chaleur épouvantable là-dessous, se souvient Philippe Lacheau. Je ne pourrais plus regarder un film Marvel ou DC sans penser à quel point les acteurs ont dû en baver sous leurs costumes. » Le jeu en valait la chandelle pour Super-héros malgré lui : on finirait presque par croire que l’amusant Badman est doué pour lutter contre le crime dans ce film vraiment très rigolo, parfait remède contre la morosité.