« Souterrain » : Fille de mineurs, la réalisatrice Sophie Dupuis savait où elle mettait les pieds

SAUVETAGE La réalisatrice québecoise Sophie Dupuis a tourné dans une vraie mine la mission périlleuse de sauvetage du héros de « Souterrain », en salle ce mercredi

Caroline Vié
— 
«Souterrain» de Sophie Dupuis
«Souterrain» de Sophie Dupuis — Les Alchimistes
  • « Souterrain » plonge son héros au fond d’une mine d’or après une explosion.
  • La mission de sauvetage est une occasion pour lui de se racheter après avoir été responsable d’un accident de voiture.
  • Fille de mineurs, la réalisatrice québecoise Sophie Dupuis a tourné dans une vraie mine pour favoriser l’immersion du spectateur.

C’est une bonne surprise que Souterrain de la réalisatrice  québécoise Sophie Dupuis. On y suit un jeune homme campé par Joakim Robillard, débutant pétri de talent, à la recherche de ses amis perdus dans une  mine d’or après une explosion. Cet acte courageux est une façon pour lui de se racheter après avoir failli tuer son meilleur ami (Théodore Pellerin, vu dans Chien de Garde, premier film de la réalisatrice) dans un accident de voiture.

Sophie Dupuis a grandi dans une région minière. Toute sa famille travaillait dans les mines. C’est après être descendue dans une galerie avec son père quand elle avait 19 ans qu’elle a compris qu’il lui fallait faire un film sur le sujet pour célébrer le courage des mineurs. Elle a mis quinze ans à concrétiser son projet afin de faire découvrir cet environnement qui « génère beaucoup de mystère », explique-t-elle dans le dossier de presse.

Dans une vraie mine

La réalisatrice a choisi de tourner dans une véritable mine d’or en Abitibi au milieu de vrais mineurs qui ont accepté d’accueillir l’équipe sous la promesse de montrer leurs conditions de travail. Le résultat est impressionnant car on ressent d’autant plus l’exiguïté des lieux et la difficulté d’organiser un sauvetage dans cet environnement hostile. Le spectateur ne peut que se sentir proches du héros prêt à se sacrifier pour ses camarades. Rapports professionnels, amicaux et familiaux – tous se connaissent et ont parfois un passé douloureux en commun – s’entremêlent pour rendre l’expérience encore plus oppressante. Il y a beaucoup d’humanité et de solidarité dans ce Souterrain.