« Spider-Man : No Way Home »: L'art de prendre ses fans dans sa toile

BLOCKBUSTER Les amoureux de la franchise ne peuvent que craquer pour ce « Spider-Man : No Way Home » hyper référencé, en salle ce mercredi

Caroline Vié
— 
Zendaya et Tom Holland dans «Spider-Man: No Way Home de John Watts»
Zendaya et Tom Holland dans «Spider-Man: No Way Home de John Watts» — Sony/Marvel
  • Démasqué, Spider-Man alias Peter Parker demande au Docteur Strange de l’aider à retrouver son anonymat.
  • Il se trouve confronté à de gros ennuis dans ce film somme qui réjouira surtout les spectateurs déjà familiers avec saga.
  • Emotions et action sont toujours au rendez-vous mais les néophytes risquent de se perdre dans les méandres d'un film essentiellement basé sur la connivence, une tendance lourde d'Hollywood aujourd'hui.

C’est la fête pour les fans de Spidey ! A entendre les « oh » et les « ah » pendant l’avant-première de Spider-Man : No Way Home ce mardi, il semble clair que ce nouveau volet réunissant Tom Holland,  Benedict Cumberbatch et Zendaya, coche toutes les cases pour plaire aux amateurs. Comment ? En misant tout simplement sur la nostalgie générée par les précédents opus.

Petit résumé sans rien spoiler, car tout ce qui suit figure déjà dans la bande-annonce : Peter Parker alias Spider-Man a été démasqué par Mysterio. Sa perte d’anonymat lui cause de gros soucis ainsi qu’à ses proches. Il fait appel au Docteur Strange pour l’aider et ça tourne mal. Très mal, même, quand les super méchants des films passés sortent de leur univers pour venir leur faire un petit coucou peu amical.

De Matrix à Scream prochainement, c’est une tendance lourde de Hollywood de s’appuyer sur la complicité des communautés de fans pour assurer le succès d’un film. D’où les multiples clins d’œil et autres « easter eggs » destinés à provoquer les « oh » et les « ah » précités.

Tout pour les fans

Dans ce domaine Spider-Man : No Way Home va vraiment loin car il faut avoir vu TOUS les films de la saga pour avoir une chance de tout suivre et de tout comprendre. Marvel part du principe que la franchise est suffisamment populaire pour ne plus vraiment chercher à satisfaire les néophytes lesquels devront essayer de s’y retrouver au milieu de personnages qu’ils ne connaissent, au mieux, que de réputation. Les fans, eux, sont en pleine connivence avec la plus menue référence terminant même certains dialogues avant les héros.

Les amoureux de Spider-Man ont de quoi se réjouir car le film mixe intelligemment les ingrédients de la franchise : de la romance, une pointe de pathos et de réflexions existentielles et surtout des combats et des poursuites époustouflants qui louchent parfois du côté Christopher Nolan. Entre humour potache et grands sentiments, l’intrigue se fraye un chemin et va plus loin que ce que laissent supposer les différents spoilers traînant sur Internet depuis des mois. Soulignons l’importance des deux séquences post-générique (la deuxième est à la toute fin), à ne surtout pas rater car il y a du lourd qui se prépare

Et pour ceux qui tenteraient pour la première fois l’aventure Spider-Man ? Ils risquent fort de se sentir exclus comme les invités d’une soirée qui ne connaissent que leurs hôtes et ne parviennent pas à copiner avec les autres convives dont la complicité se développe depuis des années.