Steven Spielberg explique pourquoi il a refusé de sous-titrer l’espagnol dans « West Side Story »

EGALITE Le cinéaste a également tenu à engager des comédiens dont l’origine correspondait à leurs personnages

20 Minutes avec agences
— 
Le réalisateur Steven Spielberg sur le tournage de «West Side Story»
Le réalisateur Steven Spielberg sur le tournage de «West Side Story» — Janet Mayer/Startraksphoto.com

Steven Spielberg a refusé de sous-titrer l’espagnol dans West Side Story. Une décision qui, pour le cinéaste, était en parfaite cohérence avec son projet d’adaptation de la célèbre comédie musicale de  Broadway.

« Si j’avais sous-titré l’espagnol, j’aurais simplement renforcé l’anglais en lui donnant l’ascendant sur l’espagnol. J’avais besoin de respecter suffisamment la langue pour ne pas la sous-titrer », a-t-il confié à IGN.

A la hauteur du présent

Dans la même logique, Steven Spielberg a insisté pour n’engager que des comédiens d’ascendance portoricaine pour incarner le gang des Sharks. Au final, les 20 acteurs sélectionnés viennent de Porto Rico ou font partie de la diaspora portoricaine de New York.

Le remake de West Side Story est sorti mercredi dernier dans les salles hexagonales, 60 ans après l’adaptation de Robert Wise et Jerome Robbins avec Natalie Wood, Richard Beymer, George Chakiris et Rita Moreno. A ce titre, Steven Spielberg a eu l’intelligence de faire le pont avec le classique de 1961, notamment en offrant un rôle à Rita Moreno qui, à l’époque, avait été grimée pour foncer son teint à l’écran. Une façon d’appuyer encore un peu plus une démarche honorable : rendre à un classique intemporel tout son éclat en l’élevant à la hauteur des enjeux du présent.