« 20 ans de “Harry Potter” » : « Après toutes ces années, la magie “Harry Potter” opère toujours », saluent les fans

VOUS TEMOIGNEZ A l’occasion des 20 ans de la saga cinématographique, les fans racontent leurs plus beaux souvenirs de « Harry Potter »

A.D.
— 
Daniel Radcliffe (Harry Potter), Rupert Grint (Ron Weasley) et Emma Watson (Hermione Granger) dans « Harry Potter à l?école des sorciers ».
Daniel Radcliffe (Harry Potter), Rupert Grint (Ron Weasley) et Emma Watson (Hermione Granger) dans « Harry Potter à l?école des sorciers ». — Warner Bros
  • Harry Potter à l’école des sorciers est sorti sur les écrans le 5 décembre 2001.
  • La saga cinématographique « Harry Potter » fête ses 20 ans ce dimanche.
  • Les fans racontent à 20 Minutes les souvenirs liés aux aventures filmées du célèbre sorcier. ​

Le sortilège Legilimens a fonctionné ! A l’occasion des 20 ans de la sortie sur les écrans de Harry Potter à l’école des sorciers, l’adaptation du best-seller de J. K. Rowling. Nos lecteurs, fans de la saga cinématographique devenue culte, une des franchises les plus rentables du cinéma avec 7,7 milliards de dollars de recettes pour huit films, partagent leurs pensées, souvenirs et émotions.

La saga « Harry Potter » a une place à part dans l’esprit de nos lecteurs parce qu’ils ont eu l’impression de grandir avec le célèbre sorcier. « J’ai grandi avec Harry, j’ai vu tous les films au cinéma… C’était le rendez-vous incontournable chaque année et je me souviens encore de mon émotion quand on a pris conscience que c’était la fin », se souvient Prune, 35 ans.

« On évoluait en même temps que les personnages »

« A mes 6 ans, mon père m’emmène voir Harry Potter à l’école des sorciers. Après trois tentatives ratées en raison de séances complètes, je tombe amoureuse de cette saga qui va me suivre pendant toute mon enfance et adolescence », se rappelle Marion 26 ans, qui s’est identifiée aux pensionnaires de Poudlard : « On avait quasiment le même âge que les personnages. On évoluait en même temps que les personnages et c’est ce qui était le plus marquant. Avoir l’impression qu’ils pouvaient être nos potes. »

Daniel Radcliffe (Harry Potter), Rupert Grint (Ron Weasley) et Emma Watson (Hermione Granger) avaient une dizaine d’années quand ils ont commencé à tourner la saga, une vingtaine quand la franchise s’est achevée en 2011.

« J’ai vu le premier voler à l’école dès sa sortie », se remémore Sabrina, 31 ans. Nombreux sont ceux qui ont découvert la saga grâce à l’école. « Tout a commencé au cinéma pour le cours d’anglais. Je ne comprenais pas l’anglais alors j’ai lu les sous-titres et cela m’a plu », relate Christel, 33 ans. « J’étais en seconde quand le premier Harry Potter est sorti au cinéma. Avec mes copines, nous étions internes au lycée et nous aimions aller au cinéma les mercredis après-midi et bien sûr nous voulions absolument aller voir Harry Potter ! Malheureusement, l’unique salle de cinéma de la ville était complète. Des camarades de l’internat ont supplié les surveillants pour qu’on puisse aller à la séance du soir et, pour notre plus grand bonheur, un surveillant s’est porté volontaire pour nous accompagner », se souvient Mathilde, 35 ans.

« Une échappatoire de ma vie douloureuse à l’école »

Harry Potter a permis à certains de supporter une vie scolaire très difficile. « J’ai été victime de harcèlement scolaire durant dix ans », confie Wilfrid, 31 ans. Le harcèlement scolaire est une thématique forte de l’œuvre de J.K. Rowling : le chétif Harry est célèbre malgré lui, Hermione, née de deux parents moldus, est la cible des moqueries à cause de ses origines humaines, Ron vient d’une famille pauvre, Neville se fait régulièrement humilier, Mimi Geignarde se cache dans les toilettes après avoir reçu des moqueries sur ses lunettes…

Pour Wilfrid, qui se définit comme un « fan de Luna Lovegood », cet élève de Serdaigle, rêveuse, facilement distraite, qui vit dans son propre univers et méchamment surnommée « Loufoca » par certains, la magie de la saga « a toujours été une échappatoire de ma vie douloureuse à l’école ».

« Le tout premier tome à l’occasion de la petite souris" »

L’œuf ou la poule ? Les livres ou les films ? Tout dépend ! Cyndel, 19 ans, avait 9 ans quand le dernier volet de la saga est sorti : « C’est vraiment quand j’ai vu le dernier que je me suis mis à lire les livres. Maintenant, je les ai lus en trois langues. » « Ma mère m’a offert le tout premier tome à l’occasion de la petite souris. J’ai immédiatement accroché ! Au fur et à mesure que je terminais un tome, on se réunissait en famille afin de regarder le film ! », raconte Ornella, 20 ans, qui se replonge régulièrement dans « l’univers d’Harry Potter version livre, en lisant la saga dans plusieurs langues ».

Tout l’inverse pour Prune, 35 ans : « J’ai décidé de voir tous les films avant de lire les livres pour ne pas être déçue, je ne regrette pas, j’ai pu tout redécouvrir sous un œil neuf et me rendre encore plus fan. » « J’ai toujours préféré les livres aux films même si j’admets volontiers que pour rien au monde je n’aurais manqué la sortie cinéma du nouveau Harry Potter », raconte de son côté, Roland, 64 ans, qui tient à dire « merci à Rowling pour nous avoir permis d’entrer dans son monde magique ».

« Cette saga est indémodable »

Fan un jour, fan toujours, tel semble être le crédo des fans de la franchise Harry Potter. « Cette fiction m’a accompagné tout au long de mon enfance et m’accompagne encore aujourd’hui », confie Ornella, 20 ans. « Cette saga est indémodable », estime Sabrina, 31 ans. « C’est une saga générationnelle et elle nous suivra à vie, confirme Marion, 26 ans.

« Après toutes ces années, la magie Harry Potter opère toujours sur moi et continuera d’opérer… », proclame Mathilde, 35 ans. « Dix ans après la fin de la saga, je ne peux pas me lasser de regarder les films à chaque diffusion à la télévision, j’ai toujours autant d’émotions sur le générique du film avec le logo Warner Bros », abonde Baptiste, 28 ans.

Un amour pour la saga cinématographique que certains souhaitent transmettre.  « J’ai créé un musée Harry Potter depuis la sortie de cette saga. Je suis l’un des plus grands fans de France, voire du monde », écrit Tristan, 28 an​s. Pour Cyndel, 19 ans « Ces films resteront vraiment une partie de mon enfance et j’espère que je pourrais faire passer ça à mes enfants ». La saga continue