« La Méthode Williams » : Comment Will Smith a fait de Venus et Serena des championnes de tennis

DE LA BALLE L’ascension des futures championnes Serena et Venus Williams est passée au crible du biopic « La Méthode Williams » en salle ce mercredi

Caroline Vié
— 
Will Smith avec Demi Singleton et Saniyya Sidney dans «La Méthode Williams» de Reinaldo Marcus Green
Will Smith avec Demi Singleton et Saniyya Sidney dans «La Méthode Williams» de Reinaldo Marcus Green — Warner France
  • « La Méthode Williams » raconte comment Richard Williams a transformé ses fillettes en reines du tennis.
  • Will Smith incarne cet homme déterminé à faire réussir ses enfants dans ce biopic passionnant.
  • Le film trouve une belle place dans la tradition du film de sport, selon le critique de cinéma Julien Camy, spécialiste avec son père Gérard des rapports entre les deux disciplines.

Comment a-t-il fait, Richard Williams, pour transformer ses filles Serena et Venus des championnes de tennis ? C’est ce que raconte La Méthode Williams de Reinaldo Marcus Green, un biopic dont Will Smith tient le rôle principal et qui passionne par ses tensions et ses rebondissements, comme c’est souvent le cas avec le sport à l’écran. 20 Minutes a demandé à Julien Camy, coauteur avec son père Gérard de nombreux livres sur le sport au cinéma dont le récent Foot au cinéma (Hugo&Cie), à quoi tenait la réussite de ce film.

« La magie du sport, c’est qu’il s’y passe des choses qui ne seraient pas vraisemblables dans d’autres domaines. Le dépassement de soi qu’implique la discipline sportive se retranscrit bien à l’écran, estime Julien Camy. Et si le tennis fait partie des sports les plus populaires au cinéma, c’est parce qu’il fait partie, avec le football, des disciplines où des outsiders peuvent battre des champions. » On se laisse prendre par l’histoire vraie de cette famille qui finira par faire voler en éclats le plafond de verre des classes sociales pour s’imposer dans un monde très codifié.

Famille et dépassement de soi

« Ce qui différencie La Méthode Williams des autres films de tennis récents, comme 5e Set ou Terre battue, c’est que la relation familiale n’y est pas décrite comme toxique », souligne Julien Camy. L’entraînement des fillettes par ce père visionnaire passionne dès les premières images et cela d’autant plus que les gens le prennent pour un fou alors que le spectateur sait qu’il va atteindre son but. Il reste qu’on est quand même sidéré d’apprendre comment ce père avait tout prévu pour ses filles dans un mode d’emploi de 78 pages d’une efficacité diabolique. Quand les sœurs Willams entrent sur le court, on a vraiment l’impression de partager son expérience et cela même quand on ne connaît rien au tennis. « C’est ce qui différencie une fiction d’un documentaire : ici, le spectateur est partie prenante, analyse par ailleurs Julien Camy. Il se trouve au cœur de l’action et se sent donc personnellement concerné. »

Il y avait longtemps que Will Smith n’avait pas été aussi convaincant qu’en King Richard (surnom du père et titre orignal du film), peut-être parce que le cinéma sportif est une de ses spécialités comme il l’a prouvé dans La Légende Bagger Vance de Robert Redford ou dans Ali de Michael Mann. Le comédien, dont les enfants Jaden et Willow font carrière, a pu aussi trouver un écho à sa propre parentalité dans cet homme déterminé à faire réussir ses enfants coûte que coûte.