« Encanto » : Comment Disney parvient à se renouveler pour la 60e fois

FEERIE Les studios Disney émerveillent pour la 60 fois avec « Encanto, la fantastique famille Madrigal » au cinéma ce mercredi

Caroline Vié
— 
«Encanto, la fantastique famille Madrigal»  de Byron Howard, Jared Bush et Charise Castro Smith
«Encanto, la fantastique famille Madrigal» de Byron Howard, Jared Bush et Charise Castro Smith — Walt Disney Company France
  • « Encanto » présente une famille colombienne dotée de pouvoirs magiques menacée par une force invisible.
  • Ce premier film choral des studios Disney séduit grâce aux chansons de Lin-Manuel Miranda et à ses personnages attachants.
  • Il aborde des thèmes plus adultes comme la pression familiale et les traumatismes subis par les migrants.

Mais comment font les studios Disney pour toujours se réinventer ? Encanto, la fantastique famille Madrigal de Byron Howard, Jared Bush et Charise Castro Smith est une comédie musicale merveilleuse écrite par Lin-Manuel Miranda à qui on doit notamment Hamilton, Vaiana et Le Retour de Mary Poppins.

Ce soixantième film animé produit par la firme de Mickey depuis Blanche-Neige et les sept nains (1937) évoque une famille colombienne aux étranges pouvoirs. « Encanto » veut dire « Charme » en espagnol. Cette histoire n’en manque pas mais les héros voient leur magie menacée par une entité invisible que seule l’héroïne Mirabel, qui n’a pas reçu de don surnaturel, semble pouvoir maîtriser.

Jusqu’au moindre détail

« C’est le premier film choral des studios Disney, ce qui a compliqué les choses. Il fallait présenter tous les personnages en une chanson dès les premières minutes de la projection », explique Clark Spencer, producteur du film devenu depuis le président de Walt Disney Animation Studio. Eblouissement visuel et sonore, Encanto a pour particularité de mettre en avant plusieurs personnages principaux tous plus attachants les uns que les autres : de la grand-mère bourrue à la princesse trop gâtée en passant par l’oncle « dont on ne parle pas » et à la sœur musclée qui jongle avec des ânes. Sans oublier Casita, une maison à la forte personnalité qui s’exprime avec son architecture. « La concurrence nous tire vers le haut, admet Clark Spencer également producteur de Zootopie et Lilo et Stich. Le public est devenu de plus en plus exigeant et nous aussi car nous sommes tous des fondus d’animation. »

Clark Spencer est particulièrement fier de Casita mais aussi de détails que le public ne remarquera peut-être même pas. « Les étoffes et les cheveux des personnages constituent un authentique tour de force ! s’exclame-t-il. Nous sommes vraiment parvenus à un rendu prodigieux. C’est une de nos particularités que de parvenir à mêler photo réalisme et animation originale », insiste-t-il.

La magie est totale dans Encanto qui surprend aussi par son intrigue abordant des sujets plus graves comme les traumatismes subis par les migrants ou le poids des obligations qu’une famille peut faire subir à ses membres. « Je me demande parfois si Walt Disney serait heureux de ce qu’est devenu ce studio qui va vers une plus grande diversité », interroge Clark Spencer. On pense que Walt peut être fier de ses héritiers.