« On est fait pour s’entendre » : Pascal Elbé prête l’oreille à Sandrine Kiberlain

SURDITE L'acteur et réalisateur Pascal Elbé incarne un enseignant malentendant dans la comédie « On est fait pour s’entendre » au cinéma ce mercredi

Caroline Vié
— 
«On est fait pour s’entendre», dit Pascal Elbé à Sandrine Kiberlain — 20 Minutes
  • Pascal Elbé est à la fois auteur, réalisateur et acteur dans « On est fait pour s’entendre ».
  • Il donne la réplique à Sandrine Kiberlain en voisine volcanique dans cette comédie qui évoque un sujet tabou: le professeur qu'il incarne doit admettre et accepter qu’il a des problèmes d’audition.

« J’ai découvert que j’avais des problèmes d’audition pendant un tournage », confie Pascal Elbé à 20 Minutes. C’est ce qui lui a donné l’idée d’écrire et réaliser On est fait pour s’entendre, film découvert cet été au Festival d’Angoulême dans lequel il incarne un enseignant qui doit accepter d’avoir perdu une partie de son audition.

Son histoire d’amour avec une voisine irascible incarnée par une Sandrine Kiberlain volcanique se teinte de tendresse quand il sympathise avec la fillette de cette dernière, mutique depuis le décès de son père. Cette comédie lève le voile sur un sujet méconnu. « Les problèmes d’ouïe qui frappent mon personnage sont souvent tabou, insiste Pascal Elbé. Le film a pour objectif de faire mieux comprendre ce phénomène. »

Dans le déni

Le héros s’éloigne de son entourage qui le trouve peu attentif et qui met un bon moment à accepter son problème. « Cet homme est dans le déni car il est difficile d’admettre qu’on doit se faire appareiller quand on est encore jeune, avoue Pascal Elbé. Les prothèses auditives sont pourtant la meilleure façon de retrouver une vie normale en reprenant contact avec le monde. »

Les débuts sont pourtant difficiles car les sons amplifiés épuisent l’homme même quand il entend une collègue manger des chips ce que lui fait l’effet d’un tsunami dans les oreilles. « On a beaucoup travaillé la bande-son avec l’ingénieur du son Sam Cohen, insiste Pascal Elbé. Il fallait que les spectateurs comprennent ce que ressent une personne malentendante. » L’effet est détonnant et le rire trouve souvent sa place dans cette histoire bien menée qui mérite largement qu’on lui prête un œil — et bien sûr une oreille.