« My Son » : James McAvoy pris dans les griffes anglo-saxonnes du remake de « Mon garçon »

ANGOISSE Quand le réalisateur Christian Carion transpose son thriller haletant « Mon garçon » en Ecosse, ça donne « My Son », en salle ce mercredi

Caroline Vié
— 
James McAvoy dans «My Son» de Christian Carion
James McAvoy dans «My Son» de Christian Carion — Métropolitan FilmExport
  • Dans « My Son », le réalisateur Christian Carion a transposé son film « Mon garçon », sorti en 2017, et remplacé Guillaume Canet par James McAvoy.
  • Un papa désespéré s’improvise héros pour partir à la recherche de son fils disparu.
  • James McAvoy n’avait pas le scénario en entier, et le découvrait au fur et à mesure du tournage.

James McAvoy aime les expériences différentes. Après avoir joué treize personnages dans Split de M. Night Shyamalan, l’acteur a accepté un nouveau défi pour My Son de Christian Carion. Il découvrait au fur et à mesure du tournage les épreuves que subit le héros qu’il incarne, père dont le jeune fils a disparu.

Si ce pitch semble familier, cela n’a rien d’étonnant. Le réalisateur français a transposé en Ecosse l’énigme et le procédé qui lui avaient si bien réussi en 2017 pour Mon Garçon dans lequel il dirigeait Guillaume Canet. « L’idée d’en livrer une version anglo-saxonne m’a tout de suite trotté dans la tête », explique le cinéaste à 20 Minutes et James McAvoy s’est révélé le compagnon de jeu parfait.

Effets de surprise

« Christian m’avait donné les éléments de départ sur la vie de cet homme et sa relation avec sa femme et son fils, raconte l’acteur à 20 Minutes. La suite m’a été dévoilée petit à petit ce qui était excitant car je devais réagir comme l’aurait fait mon personnage. » Christian Carion filmait l’histoire dans l’ordre chronologique pour saisir les faits et gestes du papa qui comprend rapidement que son fiston a été enlevé. Le réalisateur estime avoir été le premier spectateur de My Son.

« Pour moi, ce n’est pas exactement un remake, insiste le cinéaste. J’avais envie de revivre l’expérience avec un autre acteur et dans un autre endroit. » La pluie des Highlands est un personnage à part entière dans ce thriller tourné en six jours. « On s’est fait un incroyable shoot d’adrénaline, confie le réalisateur. Je n’ai jamais été aussi rincé, dans tous les sens du terme, car je devais observer James tout le temps. » Pour prédire ce qu’allait faire James McAvoy, Christian Carion a bénéficié d’une alliée précieuse.

« Claire Foy , qui incarne l’épouse du héros a joué Macbeth pendant un an au théâtre avec James, elle le connaît donc par cœur et m’a aidé à deviner comment il allait se comporter. » Pas tout à fait tout de même car le comédien a carrément collé son poing dans la figure d’un partenaire lors d’une scène dont on ne dévoilera pas les détails. « Le sang du père que je suis dans la vie n’a fait qu’un tour, avoue-t-il. Je me suis confondu en excuses après. »

My Son bénéficie à fond du côté « brut » de son dispositif. Le suspense va crescendo autour de ce héros malgré lui qui se découvre un instinct paternel dans l’adversité. On se laisse prendre au jeu diabolique de Christian Carion en même temps que lui.