« Ron débloque » : Pourquoi ce petit robot qui ne tourne pas rond fait tellement craquer

ANIMATION « Ron débloque », en salle ce mercredi, se moque gentiment des jeunes trop accros aux réseaux sociaux

Caroline Vié
— 
«Ron débloque» de Jean-Philippe Vine , Sarah Smith et Octavio Rodriguez
«Ron débloque» de Jean-Philippe Vine , Sarah Smith et Octavio Rodriguez — 20 th Century Fox
  • Cet adorable film d’animation a pour héros un gamin solitaire et son robot défectueux.
  • « Ron débloque » ne manque pas d’humour pour égratigner les mauvaises habitudes d’enfants trop accros aux réseaux sociaux.
  • Ce conte célèbre les petits défauts et les différences qui rendent les humains et les machines attachants.

Ron est tout blanc, tout rond et il a de grands yeux. Le robot de Ron débloqueimaginé par Jean-Philippe Vine, Sarah Smith et Octavio Rodriguez, n’est pas seulement craquant. Il est aussi malin ! Et le nouveau film d’animation de la Fox, mais distribué par Disney, se moque tendrement de l’addiction des enfants aux  réseaux sociaux.

« On s’est évidemment inspirés des enfants de notre entourage qui passent de plus en plus de leur temps devant leurs écrans en nous amusant à pousser le bouchon un peu plus loin », explique le coréalisateur Jean-Philippe Vine à 20 Minutes. Les gamins du film sont tous accompagnés par d’adorables robots en forme de gélules électroniques dont l’intelligence artificielle a été programmée pour qu’ils deviennent leur meilleur ami. Le petit héros du film, dont la famille est désargentée, se voit offrir Ron, un jouet défectueux mais attachant, qui va lui attirer toutes sortes d’ennuis.

Quand l’imperfection devient une qualité

« C’est l’imperfection de Ron, le fait qu’il fonctionne mal, qui lui donne toute sa spécificité et le rend plus intéressant que des machines parfaites des autres enfants », insiste le cinéaste. Ron se révèle fort encombrant même quand il veut bien faire. Petit à petit, il va rapprocher le garçonnet solitaire de camarades tellement accros à leurs compagnons électroniques qu’ils ne communiquent plus que par leur intermédiaire.

« Nous avons créé le design de Ron en essayant d’imaginer un objet que de jeunes consommateurs pourraient avoir envie d’acquérir, précise Jean-Philippe Vine. Nous nous sommes basés sur des objets connectés préexistants puis nous sommes amusés à lui inventer des tenues pour le rendre plus mignon. » Et c’est une réussite : Ron est chou avec son bonnet à pompon ! On se prend à rêver d’en posséder un !

La famille comme atout

Le film évoque aussi la pression sociale que subissent les enfants auprès de leurs camarades, que ce soit via les réseaux sociaux ou l’achat d’objets coûteux. « Le héros a une famille qui ne rentre pas dans les cases avec son papa entrepreneur malchanceux et sa grand-mère farfelue. Mais il va apprendre qu’ils sont de précieux soutiens et que leur amour réciproque est une grande force », précise le cinéaste. Ode à la différence et aux petits défauts qui font le charme de tous et de chacun, Ron débloque est une jolie surprise bourrée de tendresse et d’humour.