« Julie (en 12 chapitres) » : Qui est la comédienne Renate Reinsve qui a séduit le jury de Spike Lee

REVELATION L’actrice norvégienne est éblouissante en trentenaire indécise dans « Julie (en 12 chapitres) » de Joachim Trier au cinéma ce mercredi

Caroline Vié
— 
Renate Reinsve dans «Julie (en 12 chapitres)» de Joachim Trier
Renate Reinsve dans «Julie (en 12 chapitres)» de Joachim Trier — Memento Films
  • Dans « Julie (en 12 chapitres) », Joachim Trier brosse le portrait d’une jeune Norvégienne.
  • La prestation de Renate Reinsve est un atout majeur pour cette comédie douce-amère.
  • Sa prestation lui a valu d’être remarquée et récompensée par le jury du dernier Festival de Cannes présidé par Spike Lee.

Vous voulez agacer Renate Reinsve ? Dites-lui que la trentenaire qu’elle incarne dans Julie (en 12 chapitres) de Joachim Trier est une emmerdeuse. « C’est principalement les hommes qui pensent ça, assène-t-elle à 20 Minutes. Moi, je la vois comme une femme forte et libre de ses choix ! »

Ce caractère volcanique lui a valu de remporter le prix d’Interprétation à Cannes. Une évidence tant elle est épatante dans ce rôle que le réalisateur a écrit pour elle. « C’est un merveilleux cadeau et un encouragement mais il n’y a pas de quoi me faire perdre la tête », explique l’actrice qui semble plus stable que l’héroïne qu’elle incarne.

Une héroïne indécise

Au Festival de Deauville, où cette rencontre a eu lieu, Joachim Trier nous raconte qu’il cherchait un rôle pour Renate Reinsve depuis qu’il l’avait dirigé dans Oslo, 31 août dix ans auparavant. Elle l’a inspiré pour cette comédie d’une étonnante profondeur. « Julie et Renate ont en commun une incroyable force vitale que j’ai tenté de communiquer dans le film, avoue Joachim Trier à 20 Minutes. Julie n’aurait pas pu exister sans elle. »

Ce portrait d’une jeune Norvégienne actuelle joue avec le temps et les sentiments pour la cerner sans l’étouffer. En quatorze tranches de vie (en incluant le prologue et l’épilogue), le spectateur est entraîné dans la valse-hésitation d’une héroïne indécise que son mal-être rend parfois drôle, souvent touchante et toujours attachante.

Une actrice déterminée

« Joachim et moi avons beaucoup échangé pour créer ce personnage que je crois emblématique de cet âge où on est confronté à des choix qui vous engagent pour la vie entière », confie Renate Reinsve. Sa contribution a été capitale pour rendre totalement crédible un scénario écrit par le cinéaste en collaboration avec Eskil Vogt. « Nous voulions être certains que nos points de vue masculins aurait le sien comme contrepoint pour ne pas risquer de tomber dans la caricature », insiste Joachim Trier.

Une notion que Renate Reinsve repousse d’un geste de la main. « Certes, Julie est une femme mais beaucoup de ses problèmes ne sont pas genrés, les hommes doivent pouvoir les comprendre aussi ! » A la fin du film, le spectateur du film rêve de la retrouver dans quelques années comme on prend des nouvelles d’une amie éloignée. « Pourquoi pas ? » disent actrice et cinéaste d’une même voix. Ce serait vraiment une riche idée.