« Mon Légionnaire »: Rachel Lang trouve la bonne distance pour filmer les femmes de soldats

EPOUSES DE Camille Cottin en avocat et Louis Garrel en officier campent un couple uni dans « Mon Légionnaire » de Rachel Lang, au cinéma ce mercredi

Caroline Vié
— 
Louis Garrel dans  «Mon Légionnaire» de Rachel Lang
Louis Garrel dans «Mon Légionnaire» de Rachel Lang — Bac Films
  • Rachel Lang se penche sur le quotidien des soldats de la Légion étrangère et de leurs épouses.
  • Récompensé au Festival d'Angoulême, « Mon Légionnaire » montre deux points de vue complémentaires, mais différents, et qui parfois s'opposent.

Où sont les femmes ? Mon Légionnaire de Rachel Lang répond à cette question en mettant l’accent sur la vie des épouses et des compagnes des militaires engagés dans la Légion étrangère. « On ne pense jamais à elles car elles restent discrètes mais leur rôle n’est pas anodin, ni facile : elles sont un socle pour les soldats », explique la réalisatrice de Baden Baden à 20 Minutes.

Pendant que les hommes font une guerre montrée de façon haletante, les dames tiennent le fort. Elles prennent en charge maison, famille et guerriers fatigués, blessés voire traumatisés à leur retour du combat. « Elles sont unies par de nombreux points communs, dont le principal est l’attente », précise Rachel Lang. Certaines ne le vivent pas forcément très bien, comme l’avocate incarnée par Camille Cottin mariée à un officier joué par Louis Garrel

Au combat et à la maison

Découvert à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes et récompensé au Festival du Film Francophone d'Angoulême, Mon légionnaire sonne aussi juste quand Rachel Lang filme les soldats que leurs femmes. C’est peut-être parce que la réalisatrice est elle-même officier de réserve qu’elle parvient si bien à transmettre les sentiments que ressentent ses personnages. « Tout est venu de mon désir de comprendre comment on supporte la peur quotidienne, qu’on soit au combat ou à la maison, et comment on gère le retour chez soi quand on se retrouve face à la trivialité du quotidien », insiste-t-elle.

Un jeune couple russe se brûle les ailes face à cette problématique. Lui ne parvient plus à communiquer avec son épouse, laquelle s’éloigne progressivement de lui. « Il faut beaucoup d’amour, de sagesse et de résistance pour tenir quand on vit des expériences aussi différentes », déclare la cinéaste. Contrairement à Claire Denis dans Beau travail, Rachel Lang se penche sur le métier de légionnaire dans ce qu’il a de concret, plutôt que de le magnifier. « C’est en cela que ma propre expérience sur le terrain m’a été utile », dit-elle. Les affrontements tournés dans une grande économie de moyens placent le spectateur au plus près des militaires.

Du courage pour toutes et tous

Les scènes déchirantes où les soldats sur le terrain font la queue pour appeler leurs proches sont aussi réussies que les séquences où les dames se retrouvent pour tromper leur angoisse. « Ce sont deux aspects complémentaires de la vie dans la Légion étrangère et les deux demandent du courage », souligne Rachel Lang qui signe un film aussi original que puissant.