« La Troisième guerre » : Comment l'attente du soldat Anthony Bajon excite un public aux aguets

TERRORISME Anthony Bajon est excellent en jeune soldat envoyé dans une patrouille Sentinelle pour « La Troisième guerre » ce mercredi dans les salles

Caroline Vié
— 
« La Troisième guerre » est déclarée — 20 Minutes
  • « La Troisième guerre » est celle qui mènent les autorités contre le terrorisme.
  • Anthony Bajon y incarne une jeune recrue envoyée patrouiller dans les rues de Paris.
  • L’ennui qu’il ressent, dans l'attente de passer à l'action, ne se communique pas à ce film palpitant.

L’ennui des soldats des patrouilles Sentinelle, c’est le paradoxe que La Troisième guerre de Giovanni Aloi, présenté à  Reims Polar, fait partager. Pour protéger la population d’éventuelles attaques terroristes, ces militaires passent leur temps à surveiller les rues des grandes villes, mais se barbent, car, fort heureusement, ces attaques ne se produisent que très rarement.

Sa première mission faite de guets et d’attente, la jeune recrue incarnée par Anthony Bajon la prend mal. Et même s’il est épaulé par des camarades plus aguerris, joués par Leila Bekhti et  Karim Leklou, ce garçon mal dans sa peau perd progressivement ses marques.

Un héros sur des charbons ardents

« Le héros du film est en quête de sens, explique le réalisateur dans le dossier de presse. Il a besoin d’ordre, et cet ordre, il va le chercher dans l’armée. Il découvre un univers hostile dans les rues de Paris. » Le choc ressenti par ce provincial issu d’un milieu modeste est rendu d’autant plus perceptible qu’Anthony Bajon, vu récemment en loup-garou dans Teddy des frères Boukherma, livre une performance remarquable. On le sent de plus en plus sur des charbons ardents, ce qui maintient le suspense de savoir quand et comment il va passer à l’acte.

Sa métamorphose dans un monde dont les règles lui échappent est cernée avec un grand talent par un réalisateur qui joue à fond la carte du réalisme pour décrire la vie de ces militaires. La Troisième guerre, en référence à celle que mènent les autorités françaises contre le terrorisme, montre l’aspect répétitif de missions qui mènent rarement à l’action. Ce film sur l’ennui réussit le tour de force de n’être jamais ennuyeux. Il permettra au spectateur de regarder d’un autre œil les soldats qui arpentent nos villes, l’œil vigilant et les armes à la main.