Festival de Deauville: Les fans ont croisé Johnny Depp ce week-end

STARS Johnny Depp n’a pas été le seul à être très applaudi ce week-end au Festival de Deauville

De notre envoyée spéciale à Deauville, Caroline Vié
— 
Rencontre avec Johnny Depp le 5 septembre 2021
Rencontre avec Johnny Depp le 5 septembre 2021 — Caroline Vié/20Minutes

Il est venu au Festival de Deauville et il n’a pas déçu. Johnny Depp a parlé pendant plus d’une heure de sa carrière pendant une rencontre passionnante où on a cru perdre plusieurs fans au bord de l’évanouissement dès que l’acteur prononçait quelques mots en français.

« Je n’aime pas le mot fan. Je considère les gens qui apprécient mon travail comme mes employeurs et les studios devraient en faire de même ! », a-t-il asséné devant un parterre enthousiaste. Si Johnny Depp a, comme prévu, attiré une foule de cinéphiles, d’autres belles surprises ont éclairé ce premier week-end très ensoleillé.

Tout pour Johnny

Beaucoup ont attendu des heures pour entrevoir Johnny Depp. Alex, 29 ans, s’était même fait le look de la star. « J’aime l’idée de lui ressembler » a-t-il confié à 20 Minutes. Les heureux élus qui ont pu pénétrer dans la salle ont pardonné le retard de près d’une heure de l’acteur tant de ce dernier s’est montré aussi drôle que généreux pour parler notamment de Tim Burton et de ses cheveux en bataille. « Pour notre première rencontre avant Edward aux mains d’argent, on a bu tellement de café que j’en ai mâchouillé ma cuillère ! » Tom Cruise était alors en lice pour le rôle d’Edward. Selon John Depp, il l’aurait sans doute très bien fait dans un autre registre mais l’affaire a capoté quand il émit le souhait que le personnage termine le film avec une tête et des mains normales.

« Il est aussi revenu sur son personnage de Jack Sparrow dans Pirates des Caraïbes. « Au départ, le studio voulait couper mon rôle car les exécutifs ne comprenaient ni ce que je faisais, ni ce que je disais. L’une des productrices m’a même demandé si Sparrow était fou ou gay. » Le comédien lui a répondu du tac-au-tac qu’elle devait bien savoir que tous ses personnages sont gays. Aujourd’hui, Johnny Depp a reconnu s’être lassé d’un Hollywood où il ne se trouve pas. C’est sous un tonnerre d’applaudissements qu’il a quitté la salle bousculant un garde du corps pour accorder un selfie à une fan (pardon une « employeuse »).

Oliver Stone, Dylan Penn et les autres

Oliver Stone était très remonté lors de sa rencontre avec le public alors qu’il venait présenter JFK L'Enquête où il accuse la CIA d’avoir commandité le meurtre de l’ancien président des Etat-Unis. « J’ai 75 ans et je suis toujours en colère », a-t-il déclaré avant d’annoncer que les « Français sont les vassaux des Etats-Unis ».

Plus calme, Dylan Penn, star de Flag Day, réalisé par son père Sean Penn, était rayonnante pour recevoir le Rising Talent Award destiné à encourager la carrière d’une jeune star d’Hollywood. « Recevoir un prix est tout nouveau pour moi, a-t-elle confié à 20 Minutes. Même en gym à l’école, j’étais si nulle que je n’ai jamais rien gagné. »

Des gilets jaunes, un cochon et une star du X

Le plaisir était aussi dans les salles. L’excellent La Fracture de Catherine Corsini, emporte le spectateur dans un hôpital bondé après une manif de gilets jaunes. Cette œuvre très applaudie faisait partie de la section « L’Heure de la Croisette » reprenant des films de Cannes. Pig de Michael Sarnoski a fait pleurer les festivaliers en offrant un rôle bouleversant à Nicolas Cage en ermite à la recherche de la truie truffière qu’on lui a volée, un pitch improbable pour un beau film.

Quant à Pleasurede Ninja Thyberg, il a tenu toutes ses promesses en suivant une actrice rêvant de réussir dans le cinéma X. Scènes explicites et violence psychologique lui ont valu de passer à Deauville assorti d’une interdiction aux moins de 18 ans. Vivement la suite du Festival pour d’autres bonnes surprises.