Denis Villeneuve pense que « Dune part 2 » est en bonne voie même s’il a des doutes

PROMESSE Le réalisateur a un accord avec la Warner

20 Minutes avec agences
Le réalisateur Denis Villeneuve
Le réalisateur Denis Villeneuve — L. Urman/Panoramic/Starface

Denis Villeneuve n’en doute pas, il pourra donner à son adaptation de Dune la suite qu’elle mérite et ce, malgré les difficultés rencontrées avec le premier volet. En effet, les reports de sortie successifs provoqués par la pandémie ont fini par pousser la Warner à opter pour une solution hybride, avec un lancement simultané en salles et sur HBO Max à la rentrée. Une sottise pour le cinéaste qui, au-delà de considérer que son film n’a rien à faire sur petit écran, est bien conscient que les résultats au box-office seront lourdement impactés par cette manœuvre.

Néanmoins, Denis Villeneuve reste persuadé qu’il pourra terminer son travail pour la simple et bonne raison qu’il a accepté de s’attaquer au mastodonte de Frank Herbert à condition de la faire en deux parties.

Lever la malédiction

Quelque part, Denis Villeneuve s’estime investi d’une mission, celle de briser la malédiction qui a poursuivi toutes les tentatives d’adaptation de Dune au cinéma. « On entend dire depuis des décennies qu’il est impossible d’adapter ce livre, que c’est une tâche insurmontable. Je pense que cette idée reste quelque part dans la tête du studio », a-t-il concédé lors d’un entretien accordé à Total Film.

Néanmoins, il estime avoir mené le projet à bien. « La première chose était de prouver qu’il y avait un beau film populaire qui pouvait exister, et je crois que j’ai prouvé ça – tout le monde chez Warner Bros et Legendary est à 100 % derrière le projet. Ils estiment qu’il faudrait de très mauvais résultats au box-office pour qu’il n’y ait pas de Dune : Part Two, parce qu’ils aiment le film. Ils en sont fiers, alors ils veulent que le film se poursuive. Et ils en ont quand même fait une moitié. Alors, vous savez, je suis très optimiste », ajoute-t-il.

Avant Denis Villeneuve, Alejandro Jodorowsky et David Lynch se sont cassé les dents sur Dune. Le projet d’adaptation lancé par le réalisateur d’El Topo dans les années 70 n’a jamais dépassé le stade de la pré-production, tandis que le père de Twin Peaks a toujours renié son film de 1984 avec Kyle MacLachlan et Sting.