Festival de Cannes: Et si « Les Olympiades » de Jacques Audiard décrochait la Palme d'or?

COMPETITION Les histoires d’amour et de désir que Jacques Audiard entremêle en virtuose dans « Les Olympiades » ont de quoi séduire le jury de Spike Lee

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié
— 
Festival de Cannes: Et si «Les Olympiades» de Jacques Audiard décrochait la Palme d'or? — 20 Minutes
  • « Les Olympiades », c’est le titre du nouveau film de Jacques Audiard, mais aussi un quartier du 13e arrondissement de Paris.
  • Le réalisateur y explore les amours d'une jeunesse parisienne un peu perdue.
  • Le film a fait souffler un vent de fraîcheur et de sensualité sur la compétition et pourrait valoir au cinéaste une deuxième Palme d’or après « Dheepan ».

Il est comme chez lui à Cannes, Jacques Audiard. Et pas seulement parce qu’il est y est déjà venu six fois et a remporté le Prix du jury en 2009 pour Un Prophète et la Palme d’or en 2015 pour Dheepan. Le cinéaste a fait souffler un vent de liberté et de désir sur le festival Les Olympiades, film sensuel et cruel filmé dans un superbe noir et blanc.

« J’ai choisi de tourner aux Olympiades, quartier du 13e arrondissement de Paris, parce que ce que j’y ai longtemps vécu, a confié à 20 Minutes. C’est un endroit qui évolue constamment, l’un des rares dans Paris qui ne donne pas l’impression de filmer dans un musée. » Le spectateur se laisse entrainer dans ce décor propice aux jeux de l’amour et du hasard.

Pas encore classés

Tout est frais et vivant dans ces histoires d’amour de jeunes un peu perdus, tentant de composer entre leurs pulsions et leurs sentiments. On peut penser que le jury se laissera emporter par cette chronique où la diversité est présentée comme une évidence et où le multiculturalisme enrichit les âmes et les cœurs. « On montre souvent des déclassés au cinéma, précise Jacques Audiard. J’ai souhaité montrer des jeunes qui ne sont pas encore classés, qui ont des diplômes mais n’ont pas encore trouvé leur place dans la société. »

Nos articles sur Cannes sont ici

Noémie Merlant, de retour à Cannes après Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma, est l’actrice la plus connue d’une distribution impeccable de graines de stars. « J’avais envie de jeunesse » plaisante Jacques Audiard. Sa virtuosité pour nous faire respirer l’air du temps est remarquable. On ne serait pas surpris que Spike Lee retrouve sa jeunesse en visitant les Olympiades.