« Bergman Island » : Mia Hansen-Love emmène Tim Roth et Vicky Krieps sur l’île du maître suédois

MENTOR Le nouveau film de Mia Hansen-Love, «Bergman Island», était projeté en compétition à Cannes avant de sortir ce mercredi en salle

De notre envoyée spéciale à Cannes, Caroline Vié
— 
Vicky Krieps et Tim Roth dans «Bergman Island» de Mia Hansen-Love
Vicky Krieps et Tim Roth dans «Bergman Island» de Mia Hansen-Love — Les Films du Losange
  • « Bergman Island » raconte comment un couple de cinéastes s’installe dans l’île où vécu et tourna le cinéaste suédois Ingmar Bergman.
  • Alors que chacun tente d’écrire un scénario, cette escapade cinéphilique finit par mettre leur amour en péril.
  • Le film dépaysant de Mia Hansen-Love est une bulle de bonheur pour les amoureux du 7e Art.

C’est peut-être le film le plus cinéphile de Cannes. Bergman Island de Mia Hasnen-Love , présenté en compétition à Cannes, emmène un couple de cinéastes en quête d’inspiration sur l'île sauvage et isolée de  Faro, dans la mer Baltique.

La particularité de ce petit paradis pour cinéphiles ? C’est là que vécu et tourna Ingmar Bergman. Influence majeure pour le réalisateur célèbre mais vieillissant incarné par Tim Roth, elle est moins évidente pour sa jeune compagne au début de sa carrière jouée par Vicky Krieps (la révélation du Phantom Thread de Paul Thomas Anderson).

Un parc d'attractions pour cinéphiles

« Le film a toute sa place à Cannes parce qu’il est un cri d’amour au cinéma, confie Tim Roth à 20 Minutes. Les héros espèrent que le génie de Bergman déteindra sur eux s’ils s’imprègnent de l’atmosphère de les lieux. » Mia Hansen-Love a effectué plusieurs voyages sur place ce qui lui permet de faire visiter au spectateur les plus beaux endroits de l’île. Ses héros sont ballottés entre introspection créative et plongée en pleine fiction veillés par l’ombre du maître suédois. « C’est un endroit qui donne envie de croire aux fantômes, confie Mia Hansen-Love et un lieu de pèlerinage pour les cinéphiles du monde entier. »

Sur cette île supposée favoriser les ruptures amoureuses puisque Scènes de la vie conjugale (1973), œuvre majeure de Bergman, aurait « fait divorcer des millions de personnes », le couple d’abord uni se délite entre sur fond de rivalité professionnelle. « Mia nous a encouragés à improviser, se souvient Tim Roth. Elle nous a demandé d’être totalement naturels, d’oublier que nous jouions. C’est ce qu’il y a de plus difficiles à faire pour des acteurs que de créer des personnages tapis au plus profonds de soi. »

Entre réalité et fiction

Pendant que le héros visite les hauts lieux bergmanien de l’île, sa femme écrit une histoire d’amour mélancolique que vit en parallèle un duo campé par Mia Wasikowska et Daniel Andersen Lee. « Il a plusieurs films en un seul, insiste Tim Roth et on a parfois du mal à démêler ce qui est vrai ou faix. » Cette ligne trouble entre réalité et fiction contribue largement au charme délicat d’un film qui ne manque pas d’humour.

On sourit quand certains habitants de Faro, lassés des questions à répétition sur Ingmar Bergman font semblant de n’en avoir jamais entendu parler ou se fâchent tout rouge quand le nom du réalisateur est mentionné. « J’aimerais que l’île reste un lieu préservé mais aussi que mon film fasse venir des touristes car cela voudrait dire qu’il a trouvé son public », s’amuse Mia Hansen-Love. Pourrait-on qualifier ce dilemme de Bergmanien ?