« Les 2 Alfred »: Deux Podalydès pour le prix d'un dans ce « film doudou »

FEEL GOOD Bruno et Denis Podalydès s’unissent à Sandrine Kiberlain pour faire du bien au spectateur dans « Les 2 Alfred » en salle ce mercredi

Caroline Vié

— 

Le choix de Caro: Les 2 Alfred — 20 Minutes
  • Denis et Bruno Podayldès sont irrésistibles de fantaisie dans « Les 2 Alfred ».
  • L'acteur et son frère, également réalisateur, donnent la réplique à Sandrine Kiberlain dans une comédie où ils se rient de la technologie moderne.
  • Les aventures d’un papa engagé dans une start-up où il doit cacher sa paternité sont aussi tordantes que poétiques.

Non, Bruno et Denis Podalydès ne sont pas Les 2 Alfred. Ce qui donne son titre à cette délicieuse comédie réalisée par Bruno est en réalité un doudou composé de deux petits singes.

Cette peluche est à l’image du film, labellisé Festival de Cannes 2020 et montré à Deauville. On a envie de la serrer dans ses bras tant elle est touchante et craquante. « J’aime l’idée d’explorer notre société avec humour et bienveillance en laissant libre cours à ma fantaisie », explique Bruno Podalydès à 20 Minutes. Et de la fantaisie, cette histoire d’un papa poule qui se fait engager dans une start-up où les employés n’ont pas le droit d’être parents, en regorge !

Un monde de rires et fantaisie

Dans le monde décrit par Bruno Podalydès, les colis sont livrés par drone et les voitures sans chauffeurs causent bien des déboires à leurs utilisateurs. « J’ai exagéré avec humour pour me moquer gentiment des nouvelles technologies », reconnaît le réalisateur qui apparaît en frangin lunaire du héros débordé campé par Denis. « Jouer ensemble est dans notre nature depuis que nous sommes enfants », précise Bruno Podalydès. Ils se sont offert une super camarade de jeu en la personne de Sandrine Kiberlain qui confirme sa « vis comica » césarisée pour 9 mois ferme d’Albert Dupontel.

« Elle a embrassé son personnage de patronne coincée vissée à son téléphone avec délices, se souvient le réalisateur. On avait parfois du mal à tenir notre sérieux face à elle. ». Les éclats de rire sont nombreux avec ces 2 Alfred. Bruno Podalydès s’éloigne du « feel-good movie » pour donner naissance à un « cinéma doudou » tout en sourire et en tendresse.