« Reims Polar » : L’Iran impose sa loi au jury du Festival du Film Policier, la France plébiscitée

PALMARES Deux films iraniens, « La Loi de Téhéran » et « The Slaughterhouse », ont dominé le palmarès de cette édition 2021 mais la France a aussi été couronnée par le public pour « Boîte noire »

Caroline Vié

— 

Navid Mohammadzadeh dans «La Loi de Téhéran» de Saeed Roustayi
Navid Mohammadzadeh dans «La Loi de Téhéran» de Saeed Roustayi — Wild Bunch Disribution
  • La première édition de Reims Polar a pris fin ce dimanche soir.
  • Le jury présidé par Jacques Weber a mis l’Iran à l’honneur en donnant notamment son Grand prix à l’impressionnant « La loi de Téhéran », également récompensé par la Critique.
  • La France a été distinguée avec le prix du Public décerné au thriller « Boîte noire » avec Pierre Niney en vedette.

Le jury du festival Reims Polar, dont l’édition virtuelle prend fin ce soir, a eu du nez. Piochant dans une sélection de neuf films du monde entier, Jacques Weber et ses jurés ont récompensé La Loi de Téhéran, premier film de Saeed Roustayi qui remporte également le prix de la Critique. Cette plongée dans une ville gangrenée par la drogue et la corruption entraîne le spectateur dans un monde sans pitié et le traumatise durablement. La lutte à mort d’un policier pour coincer un caïd les fait passer des rues de la cité à une prison surpeuplée et à un commissariat sordide.

Une virtuosité évidente

La virtuosité du cinéaste trentenaire est évidente dès les premières images de La Loi de Téhéran tant il se montre à l’aise dans des scènes de foule vertigineuses comme dans des tête-à-tête oppressants. Jeux de pouvoir et suspense haute tension démontrent que l’Iran n’a rien à envier aux autres contrées quand il s’agit de cinéma policier. On recommande vivement ce film disponible en salle dès le 28 juillet prochain. Pas de date de sortie en revanche pour The Slaughterhouse, prix du Jury d’Abbas Amini. On souhaite que cette histoire de cas de conscience et de trafic dans un abattoir iranien trouve un distributeur français grâce à cette distinction.

« Boîte noire » made in France

La France a elle aussi eu son moment de gloire mérité en recevant Prix du public pour le passionnant Boîte Noire de Yann Gozlan (en salle le 8 septembre). Pierre Niney toujours parfait mène l’enquête sur une catastrophe aérienne dans ce polar original. La plongée de ce héros perspicace dans le milieu très mystérieux de l’aéronautique se révèle haletante. On se laisse happer par une énigme bien menée dont les enjeux apparaissent au fur et à mesure du récit.

La qualité de ces films donne envie de revenir pour l’édition 2022. En présentiel cette fois.