Reims Polar : Champagne pour le nouveau festival du cinéma policier

FESTIVAL Pour sa première édition, « Reims Polar » réunit une belle sélection de films policiers que Bruno Barde, son directeur, invite à découvrir sur son site du 26 au 30 mai

Caroline Vié

— 

Pierre Deladonchamps dans «Vaurien» de Peter Dourountzis
Pierre Deladonchamps dans «Vaurien» de Peter Dourountzis — Rezo Distribution
  • Après Cognac et Beaune par le passé, c’est à Reims que va se dérouler cette année le Festival du cinéma policier.
  • Cette première édition est virtuelle mais la manifestation sera en présentiel dès l’an prochain.
  • Un programme de films alléchants attend le public sur Internet.

Champagne ! Pour sa 38e édition, le Festival du cinéma policier se réinvente en numérique dans l’optique de s’établir à Reims dès 2022. Douze ans à Beaune et 25 ans, avant cela, à Cognac. Serait-ce un hasard si la manifestation fait des bulles dans des villes où on ne boit pas que de l’eau plate ? « C’est parce que le directeur du festival aime les bonnes choses », confie Bruno Barde, en parlant de lui-même, à 20 Minutes. Un désaccord avec Beaune à la suite de l’annulation de la manifestation en 2020 l’a poussé à changer de ville et de région.

« J’ai quitté Cognac parce que je n’aime pas le Cognac et Beaune parce que la ville a oublié de nous payer 400.000 euros si bien que nous les avons assignés en référé au Tribunal de commerce », explique-t-il plus sérieusement. Les succès de ses autres festivals, Deauville (en présentiel en 2020) et Gérardmer (en virtuel en 2021), ont conforté Bruno Barde dans son désir de poursuivre l’aventure du film policier. Un appel d’offres de Reims en quête d’une manifestation de cinéma scelle le destin du futur Reims Polar, festival en présentiel dès l’an prochain.

Bulles et érudition

« Comme le cinéma, le champagne est une effervescence, explique encore Bruno Barde. Les polars lui font honneur : James Bond change de cuvée à chaque film et Claude Chabrol l’appréciait aussi. » Son jury 2021, présidé par Jacques Weber réunit des connaisseurs du genre tels Anne Parillaud, Lucas Belvaux ou Jean-Paul Salomé, sans oublier Dali Bensalah qu’on verra face à 007 dans le très attendu Mourir peut attendre. « Je voulais un jury sérieux et érudit », précise Bruno Barde. On leur souhaite de boire une petite coupe en découvrant un programme prometteur.

Tout pour le public

Le public pourra profiter d’avant-premières comme Boîte Noire avec Pierre Niney, Vaurien avec Pierre Deladonchamps ou L’Ennemi avec Jérémie Renier. Il pourra aussi faire des découvertes, soit en acquérant un pass pour toute la manifestation (40 €) soit en payant 5 € par séance. « Le public a toujours eu une importance capitale pour moi et le public français est le plus curieux et le meilleur du monde », estime Bruno Barde. C’est malgré tout de chez eux que les cinéphiles goûteront à la cuvée Reims 2021. « Il valait mieux faire un festival en distanciel que pas de festival du tout. A l’heure où les salles rouvrent cela donne envie de lever son verre en l’honneur du cinéma. » On trinque avec le directeur du festival à la future réussite de Reims Polar.