« Calamity », « Josep », « Petit vampire »... Le meilleur du cinéma d'animation 2020 ressort dans les salles

CINE DECONFINE (2/4) Redécouvrez à partir de ce mercredi au cinoche « Calamity », « Josep », « Petit vampire », dont la carrière s’est arrêtée avec le confinement d’octobre 2020

Stéphane Leblanc
— 
« Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary » de Rémi Chayé
« Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary » de Rémi Chayé — Gebeka
  • Une quinzaine de films, dont la carrière s’était arrêtée en octobre avec le confinement, reviennent ce mercredi dans les salles.
  • Jusqu’à la fin de la semaine, « 20 Minutes » vous en présente trois par jours.
  • Aujourd’hui, trois beaux films d'animation qui ont cartonné aux César : « Calamity », « Josep », « Petit vampire ».

Le meilleur de l’année 2020 au cinéma méritait bien une seconde chance. Dans le genre très prolifique de l’animation, Calamity, Josep et Petit vampire éblouissent par leur charme et leur créativité. Peut-être les aviez-vous ratés ? Ces dessins animés ressortent en salle ce mercredi. Profitez-en seul, en famille ou avec des amis.

« Calamity », l’enfance de l’art

… et du cochon, du moins par son sale caractère. La future Calamity Jane, avant d’être une star du Far West, était une enfant rétive à toute forme d’injustice. Il n’en fallut pas plus à Rémi Chayé pour camper la plus formidable héroïne de l’animation depuis la fillette iranienne de Persépolis. Lauréat du Grand Prix du Festival d’Annecy, Calamity, une enfance de Martha Jane Cannary a en outre l’avantage d’être un film accessible à tous, dès 7 ans. Idéal pour un retour dans les salles en famille.

« Josep », l’art engagé

Le fabuleux destin d’un artiste espagnol engagé, Josep Bartoli (1910-1995). Des camps français en 1939 jusqu’à sa renaissance à Mexico, puis à New York, Josep entraîne le spectateur dans une suite d’aventures douloureuses ou flamboyantes inspirées de sa vie. Dessinateur de presse lui-même, Aurel a su mêler son style à celui d’un dessinateur anti-fraquiste tombé progressivement dans l’oubli, avant que ce grand film d’animation, plutôt destiné aux ados et aux adultes, ne triomphe aux César.

« Petit Vampire », l’art du fantastique

« Petit Vampire, c’est moi, confiait Joann Sfar à 20 Minutes en octobre 2020. Un gamin surprotégé par ses proches mais qui meurt d’envie d’aller voir le monde qui entoure son château. » Comme la série BD dont il s’inspire, le film d’animation pose un regard d’enfant sur un univers pour adultes, celui des vampires. Et on s’amuse de voir ces derniers regarder des films d’horreur avec des créatures humaines ou le copain humain rappeler à Petit Vampire l’importance du respect et de la réciprocité dans les rapports entre les gens.