« Love and Monsters » séduit en mêlant aventures, romantisme et grosses bébêtes

NETFLIX Fantastique, humour et aventures sont les ingrédients du sympathique « Love and Monsters », disponible sur Netflix à partir de mercredi

Caroline Vié

— 

Dylan O'Brien dans «Love and Monsters» de Michael Matthews
Dylan O'Brien dans «Love and Monsters» de Michael Matthews — Netflix
  • « Love and Monsters » envoie un garçon maladroit à la recherche de sa copine dans un monde postapocalyptique.
  • Cette comédie d’aventures est très amusante notamment grâce à la présence de Dylan O’Brien.
  • Les grosses bêtes sont si bien faites que les effets spéciaux du film sont cités aux Oscars 2021.

Voilà un film qui fait du bien ! Love and Monsters de Michael Matthews, disponible dès mercredi sur Netflix, plonge un garçon pas vraiment doué pour la baston dans un univers postapocalyptique peuplé de très gros monstres.

Il suffit de se laisser porter et emporter sans trop chercher à réfléchir pour prendre beaucoup de plaisir à ce divertissement aussi frais que complètement décomplexé. 20 Minutes vous décrit les atouts que Love and Monsters cache dans le sac à dos de son héros.

Le film est meilleur que son pitch

Imaginer un post-ado mou comme de la colle à papier peint en train de braver des dangers pour partir à la recherche de sa petite amie qu’il n’a pas vue depuis sept ans, ça ne fait pas vraiment rêver. Et pourtant, ça fonctionne. Love and Monsters tient plus du film d’aventures entre Bienvenue à Zombieland et Jumanji que d’une bluette gnangnan. C’est tendrement drôle et drôlement tendre.

Dylan O’Brien est mignon comme tout

Dylan O'Brien, transfuge de la série Teen Wolf et de la saga Labyrinthe fait parfaitement le job en héros malgré lui qui s’endurcit au fur et à mesure de péripéties fort variées. Le fait qu’il croise un chien plus débrouillard que lui rend son personnage encore plus attachant. Leur duo apporte une grande fraîcheur à l’ensemble.

Il y a Michael Rooker

Vous ne connaissez peut-être pas son nom mais Michael Rooker est l’une des gueules les plus marquantes du cinéma américain. Le terrible Yondu des Gardiens de la Galaxie, c’était lui et le maniaque de Henry, Portrait d’un tueur en série aussi ! Là, il se montre joyeusement bourru en chasseur qui apprend au héros à transformer les grosses bêtes en chair à pâté.

Les filles en ont (du courage)

Qu’elles soient adultes comme la pétillante Jessica Henwick ou enfant comme l’amusante Ariana Greenblatt, les filles ont des caractères bien trempés formés à la dure loi du « manger ou être mangé ». Attendre le Prince charmant n’est pas vraiment leur truc et leurs personnalités sont aussi explosives que leurs armes. Elles savent s’imposer face aux hommes et aux monstres.

Les bébêtes sont vraiment chouettes

Qui dit « film de monstres » dit « monstres ». Ceux de Love and Monsters sont si rigolos qu’ils ne font pas vraiment peur. Ils sont cependant si réussis que les effets visuels du film sont cités aux Oscars 2021. On vous recommande vraiment le crabe géant aux grands yeux. C’est bien simple : on en oublierait presque de penser à de la mayonnaise tellement il est expressif.