« Wonder Woman 1984 » : Comment Gal Gadot parvient à sauver le blockbuster du fiasco

HEROïNE ET SUPER Gal Gadot est sans doute la meilleure actrice possible pour incarner le rôle-titre de « Wonder Woman 1984 », disponible ce mercredi en VOD et le 7 avril en DVD

Caroline Vié
— 
Gal Gadot dans «Wonder Woman 1984» de Patty Jenkins
Gal Gadot dans «Wonder Woman 1984» de Patty Jenkins — Warner Bros
  • Gal Gadot est toujours aussi à son aise dans le rôle de Wonder Woman.
  • Elle a souhaité donner plus de maturité à son personnage dans « Wonder Woman 1984 ».
  • Elle a aussi tenu à effectuer elle-même la plupart de ses cascades dans cette suite un peu décevante malgré tout.

Son nom est Gadot. Gal Gadot. A prononcer « Gaile Gadotte » pour ceux qui l’ignoreraient encore. La comédienne est devenue une favorite du grand public grâce à Wonder Woman de Patty Jenkins. Elle reprend le rôle pour Wonder Woman 1984 disponible en VOD ce mercredi et en vidéo le 7 avril.

« Que le film se déroule dans les années 1980, cela change tout, a estimé l’actrice lors d’une conférence de presse en décembre dernier. Les vêtements, les coiffures et les décors donnent l’impression de voyager dans le temps. » Un sentiment que partage le spectateur, qui suit Diana Prince alias Wonder Woman, dans sa nouvelle vie de savante qui va la mener à affronter des méchants redoutables et à retrouver son amour perdu.

Moins naïve, plus mature

Gal Gadot a tenu à apporter sa propre touche à cette héroïne en ne jouant pas que sur sa plastique impeccable d’ex-miss Israël 2004. « Elle est moins naïve dans ce film que dans le premier où elle découvrait ses pouvoirs, explique-t-elle. Elle a gagné en maturité ce qui rend le personnage encore plus intéressant. » L’actrice est aussi l’aise dans le costume emblématique de Wonder Woman qu’en archéologue professionnelle jusqu’au bout de son tailleur.

Si elle est prête à sauver le monde, Wonder Woman reste féminine même quand elle en découd avec divers méchants. Ce point était capital pour Gal Gadot. « Les hommes et les femmes n’ont pas la même façon de combattre tout simplement parce que leurs corps sont différents, précise-t-elle. Et je tenais à ce que cela soit perceptible à l’écran. » Ses affrontements prouvent qu’elle a été entendue. Après avoir suivi un entraînement auprès d’artistes martiaux, elle est totalement crédible quand elle montre de quel bois elle se chauffe à des bandits patibulaires.

Elle assure les cascades elle-même

Gal Gadot n’est pas non plus du genre à se faire doubler. Dès qu’elle en avait l’occasion, elle effectuait elle-même ses cascades ! « Cela se sent dans le résultat quand on n’utilise pas trop d’effets spéciaux numériques, dit-elle. Le tournage a été physiquement difficile mais le jeu en valait la chandelle. » Même si ce deuxième film est mollasson, Gal Gadot est bien dans les bottes rouges de Wonder Woman. Comme elle l’a aussi prouvé dans Zack Snyder's Justice League, elle n’a pas fini de prendre le spectateur dans son lasso.